• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Isère : le corps démembré découvert dans un fossé est bien celui de Vittorio Barruffo, disparu depuis le 9 juillet

Un corps démembré avait été retrouvé dans une bâche à Charette (Isère) en début de semaine. / © Google Maps
Un corps démembré avait été retrouvé dans une bâche à Charette (Isère) en début de semaine. / © Google Maps

C'est bien le corps de Vittorio Barruffo, 44 ans, qui a été retrouvé dissimulé dans un fossé à Charrette (Isère) ce dimanche, annonce le procureur de Grenoble. Une information judiciaire pour assassinat devrait être ouverte dès vendredi.

Par M.D.

De nouvelles analyses ont été menées après la découverte d'un corps démembré, dissimulé dans une bâche à Charrette (Isère) ce dimanche. "L'autopsie et les examens dentaires réalisés ont permis de découvrir l'identité" de la victime, annonce le procureur de la République de Grenoble Eric Vaillant jeudi 19 septembre.

Il s'agit bien de l'Italien Vittorio Barruffo, 44 ans, disparu le 9 juillet à quelques kilomètres du lieu de découverte du corps en Nord-Isère. L'enquête avait d'abord été confiée au parquet de Bourgoin-Jallieu qui s'est dessaisi au profit de celui de Grenoble. Un juge d'instruction sera saisi ce vendredi dans le cadre de l'ouverture d'une information judiciaire pour assassinat.

 

Des analyses toujours en cours


Le corps du quadragénaire, amputé des quatre membres, présente "des lésions osseuses crâniennes causées par un instrument contondant qui pourraient être à l’origine du décès par lésions neurologiques graves et/ou hémorragie", selon le magistrat. Les circonstances du décès doivent encore être clarifiées par des analyses complémentaires.
 

La dépouille avait été retrouvée dissimulée dans un fossé, enroulée dans une bâche par un chasseur. "On n'est pas habitué à faire ce genre de découverte. Charrette est un des villages du Nord-Isère où il y a le moins de délinquance", avait commenté Hervé Courtejaire, maire de ce village de 472 âmes depuis 2014.

La Section de recherches de Grenoble est en charge des investigations. Une première autopsie du corps menée en milieu de semaine n'avait pas permis d'identification formelle du corps.
 

Sur le même sujet

Puy-de-Dôme : à la Sucrerie de Bourdon, les salariés se mobilisent

Les + Lus