Isère : quatre personnes dont un agent pénitentiaire mises en examen dans une affaire de trafic de drogue

Quatre personnes, dont un agent et un détenu du centre pénitentiaire de Varces, ont été mises en examen dans une affaire de trafic de stupéfiants, vendredi. Une opération des forces de l'ordre a permis la saisie de 156 000 euros en espèces.

Le centre pénitentiaire de Varces (Isère) le 31 mai 2016.
Le centre pénitentiaire de Varces (Isère) le 31 mai 2016. © Fabrice MARGAILLAN / MAXPPP
Un vaste trafic de drogue a été démantelé au centre pénitentiaire de Varces (Isère). Quatre personnes ont été mises en examen dans cette affaire, notamment des chefs de détention, transport, offre, cession et acquisition de stupéfiants, annonce le procureur de la République de Grenoble vendredi 20 novembre.

L'enquête préliminaire a été ouverte le 30 juin, après que la direction du centre pénitentiaire a signalé au parquet "l'existence d'un trafic de stupéfiants au sein de l'établissement susceptible d’impliquer un agent pénitentiaire chargé de la surveillance et un détenu bien connu du milieu grenoblois". La Section de recherches de la gendarmerie de Grenoble a mené les investigations.

 

156 000 euros saisis


Quatre protagonistes présumés ont été placés en garde à vue le 18 novembre à l'issue d'une opération de police judiciaire. Il s'agit du surveillant pénitentiaire soupçonné d'alimenter le trafic, un détenu, la compagne et le beau-frère de ce dernier. Les opérations ont permis la saisie de 156 000 euros en espèces chez la compagne du détenu, toujours selon le parquet de Grenoble.

Un juge d'instruction a été saisi à l'issue de l'enquête. Il a procédé à la mise en examen des quatre suspects ce vendredi, notamment pour trafic de drogue et blanchiment de fraude fiscale. "Le surveillant pénitentiaire a été placé sous contrôle judiciaire (avec) notamment interdiction de contact avec les personnels pénitentiaires et interdiction d'exercer", précise le procureur Eric Vaillant.

Le détenu mis en cause fait l'objet d'un nouveau mandat de dépôt et a été changé d’établissement pénitentiaire tandis que son beau-frère a été incarcéré. La compagne du détenu a été placée sous contrôle judiciaire, une décision dont le parquet de Grenoble a fait appel.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
drogue faits divers justice société