Nouveau règlement de compte en plein cœur de Grenoble : un trentenaire exécuté de 3 balles dimanche matin  

Les réglements de compte se succèdent dans la région grenobloise. Ce dimanche matin, un homme d'une trentaine d'années connu des services de police (hors sujets relatifs aux stupéfiants) a été abattu devant une boulangerie alors qu'il faisait ses courses. 

La boulangerie devant laquelle a eu lieu le meurtre ce dimanche matin vers 6 h 15
La boulangerie devant laquelle a eu lieu le meurtre ce dimanche matin vers 6 h 15 © France 3 Rhône-Alpes / Fabrice Liégart
Il est 6 h 15 dimanche 2 Aout au matin devant une boulangerie située à l’angle de l’Avenue Léon Blum et du chemin des Essarts. Un jeune homme de 29 ans est occupé à acheter des viennoiseries à un distributeur automatique encore en service, juste avant l’ouverture de la boulangerie. Un homme surgit et l’abat froidement de 3 balles avant de s’enfuir.
La victime, dont l’identité n’a pas encore été communiquée, était domiciliée dans le quartier de l’Arlequin de Grenoble. Cet homme était également bien connu de la justice et des services de police de Grenoble. Il faisait d’ailleurs l’objet d’un suivi par les services de l’application des peines depuis mars dernier. En liberté conditionnelle, il était l’auteur de plusieurs délits dont le port d’armes et outrages et menaces.
 
Un été sous le signe des règlements de compte dans la pègre grenobloise
 
Le médecin légiste a constaté 3 orifices dont un mortel au niveau de la nuque. Boris Duffau, le substitut du procureur de la République a confié l’affaire à la police judiciaire. D’après les enquêteurs, cette exécution semble avoir toutes les caractéristiques des différents règlements de compte survenus depuis le début de l’été entre les acteurs du  « milieu » grenoblois.
Une séquence commencée fin juin dernier, par une fusillade qui avait éclaté en pleine journée place Saint Bruno. Heureusement sans victimes.
Cette période de violences s’est poursuivie dans la nuit du 8 au 9 juillet, à la Villeneuve, par le meurtre d’ un jeune homme de 22 ans également en liberté conditionnelle.
Dans un autre secteur de la ville, les 11 et 26 juillet dernier, deux hommes sont blessés par balles à la cité Mistral.
 
Le lien entre toutes ces affaires semble établi pour les enquêteurs de la police judiciaire.
Le meurtre de ce dimanche marque un nouvel épisode sanglant d’une saison des règlements de compte.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers