VIDÉO. "On ne va pas conduire avec des casques et des gilets pare-balles" : un bus visé par des tirs d'arme à feu à Grenoble, les conducteurs sous le choc

Un bus de la M Tag, la société de transports en commun de la métropole de Grenoble, a été visé par plusieurs tirs d'arme à feu, la nuit dernière à Echirolles. Ce mardi 23 avril, des conducteurs exercent leur droit de retrait. Plusieurs lignes de bus et de tram sont à l'arrêt pour une durée indéterminée.

Dans la nuit de ce lundi 22 au mardi 23 avril, un bus de la Tag, la société de transports en commun grenobloise, a été la cible de plusieurs tirs d'arme à feu sur la commune d'Echirolles (Isère). Aucun passager ne se trouvait à bord au moment des faits. Seul le conducteur, alors en pause, se trouvait à l'arrière du bus. Il n'a pas été blessé.

Les faits se sont produits peu avant minuit ce lundi, au terminus Comboire de la ligne C7. Plusieurs projectiles ont alors touché l'arrière et un côté du bus, brisant ainsi plusieurs vitres. Le conducteur, sain et sauf mais en état de choc, est alors parvenu à se réfugier derrière un local du terminus.

Après avoir contacté le poste de contrôle centralisé, le conducteur a repris les commandes de son bus pour quitter les lieux afin de se rendre à l'arrêt colonel Manhes. La police nationale est alors arrivée sur les lieux et les premières constatations ont fait état de sept tirs par balles.

Droit de retrait

Le conducteur a été ramené au dépôt de Sassenage (Isère), et son véhicule a, lui, été consigné le temps de nouvelles constatations. "Nous n'avons aucune idée des circonstances. Ça peut être l'œuvre d'un barjo, d'un illuminé. Autant ça peut être un fou, autant ça peut aussi être un voyou qui a mal pris une amende", réagit ce mardi matin, Fernando Martins, secrétaire et délégué syndical FO.

La ligne C7 est intégralement interrompue ce mardi matin. Plusieurs autres lignes sont également très peerturbées depuis 9h30 : la Commission santé, sécurité et conditions de travail (CSSCT) a demandé à "tout un chacun" d'exercer son droit de retrait.

La direction en soutien

"La direction est comme nous, elle est impuissante. On ne va pas commencer à conduire avec des casques et des gilets pare-balles ! La sécurité sur la voie publique relève de l'Etat. On espère juste que l'auteur des faits sera interpellé au plus vite, explique Fernando Martins avant de poursuivre : Le sentiment d'insécurité est quotidien. Dans notre métier, le risque zéro n'existe pas. Dans son bus, le conducteur est tout seul à gérer ce qu'il se passe dans son véhicule mais aussi sur la voie publique."

durée de la vidéo : 00h02mn01s
Un bus de la TAG à Grenoble, visé par des tirs d'arme à feu. ©DR

Contactée, la direction de la M Tag fait valoir son "plein soutien" au conducteur de bus : "Une rencontre entre la direction, les organisations syndicales et le comité sécurité sera organisée dans l'après-midi. Nous verrons comment nous réagirons, mais je souhaite qu'il y ait une réaction. On a déjà eu des événements dramatiques, mais là, il est grand temps de réagir. Ce n'est pas un simple caillassage, on parle de plusieurs tirs d'arme à feu", indique Jean-Paul Trovero, président de la M Tag.

Je réitère ma demande, mais une véritable police des transports apparaît comme une nécessité.

Jean-Paul Trovero, président de la M Tag

"Il est important de garantir la sécurité des conducteurs, mais aussi des usagers", continue Jean-Paul Trovero.

Plusieurs lignes à l'arrêt

Ce mardi matin, à 12h30, l'ensemble des cinq lignes de tram et une dizaine de lignes de bus sont à l'arrêt à la suite du droit de retrait des conducteurs. Toutes ces lignes sont "interrompues pour une durée déterminée", indique la M Tag.

Les informations sur le trafic sont à retrouver sur le site internet de la M Tag.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité