Ouragan Dorian aux Bahamas:“des milliers de sans abri”, témoigne l'ONG grenobloise SOS Attitude sur place

© SOS ATTITUDE
© SOS ATTITUDE

Après l'ouragan Dorian qui l'a frappé le 1er septembre, l'archipel des Bahamas est dans un état terrible de désolation, comme en  témoigne l'association grenobloise SOS Attitude, spécialisée dans l'abri d'urgence, sur place. Après l'Ile d'Abaco, elle concentre ses priorités à Grand Bahamas

Par I.G

Deux semaines après le passage de l'ouragan Dorian qui a dévasté la Floride et qui a fait selon un bilan toujours provisoire  "au moins 52 morts dans le nord-ouest de l'archipel", les autorités locales sont toujours à la recherche de plus de 1.300 disparus.

Plus de 7.000 habitants des îles d'Abaco et de Grand Bahamas ont perdu leur logement et seules près de 2.000 personnes ont pu trouver abri dans des refuges de fortune.

Certes, la communauté internationale s'est rapidement mobilisée en soutien du gouvernement des Bahamas, mais la distribution de l'aide a été perturbée ce week-end par la tempête Humberto. 

 Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres  qui s'est rendu sur place s'est dit "horrifié par le niveau de dévastation", et a lancé un appel "à intensifier la lutte contre le réchauffement climatique."

Une équipe de l’association SOS Attitude de Grenoble a pris la route dès les 1ers jours. Depuis près de dix ans, l'association iséroise intervient sur des lieux de catastrophe pour mettre à l'abri les populations sinistrées. Elle travaille en collaboration étroite avec les Pompiers de l'Urgence Internationale et le Ministère des Affaires Etrangères.

John Diksa président fondateur de l'association et Clément Bieber sont partis en urgence avec un sac de mission de survie et une tente familiale chacun.

Ils ont dans un premier temps fait l'évaluation des besoins et des urgences, dans les régions les plus démunies et les plus isolées.
 
Tout est dévasté, sur l'île d'Abaco / © SOS Attitude
Tout est dévasté, sur l'île d'Abaco / © SOS Attitude

Ils ont d'abord ciblé les Iles d'Abaco. Ils ont notamment sillonné l'île - de Cooper's Town dans le nord jusqu'à Marsh Harbour plus au sud , "où la destruction des maisons et des bâtiments est massive". 
 
Les vents, de près de 200 km/h ont tout dévasté / © SOS Attitude
Les vents, de près de 200 km/h ont tout dévasté / © SOS Attitude

 "La chaleur est torride et les conditions d'acheminement, notamment en raison de l'approvisionnement en carburant sont compliquées" nous expliquait hier John Diksa. C'est par camion mais surtout par hélicoptère militaire, depuis Nassau, que les premières tentes ont pu arriver à destination dans un village d'environ une centaine de familles à Sandbank, juste au sud de Treasure Cay.
 
© SOS Attitude
© SOS Attitude


 L'équipe a décidé désormais de cibler son intervention à Grand Bahamas, dans les villages à l'est de Freeport ou de Freeton, jusqu'à Maclain'town , où s'arrête la route, et John Diksa raconte : "Les familles retournent petit à petit sur les lieux pour essayer de récupérer ce qu'elles peuvent des décombres (...) nous avons pu d'ores et déjà convoyer des dizaines de tentes, pour les mettre à l'abri, et leur permettre de commencer à déblayer leurs habitations, la reconstruction prendra du temps".




 

SOS Attitude a besoin de vos dons

Basée à Grenoble, depuis 2008, l'association est spécialisée dans l'abri d'urgence, et les interventions de catastrophe, avec une spécificité , "assurer le maintien et la sécurité de la cellule familiale".
Elle travaille notamment avec les Pompiers de l'Urgence Internationale, le Ministère des Affaires Etrangères, et les ONG sur place.
Népal, Fukushima, Equateur, Indonésie, Haiti, ...elle est déjà intervenue dans plus d'une vingtaine de pays en situation de catastrophe.
Tous ses membres, secouristes ou médecins, sont bénévoles.
Elle achemine des tentes, mais aussi des tapis de sols, des couvertures, des kits d'hygiène, des lampes..., dans les régions les plus démunies et les plus reculées.

Pour mener son action depuis 2008, SOS Attitude fait appel aux dons privés.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Grêle en Drôme : un nouveau coup dur

Les + Lus