Retraites : blocages, tractages, à Grenoble ils veulent une "explosion sociale généralisée" pour enterrer la réforme

La pression maximale en espérant faire reculer le gouvernement. Après la manifestation d'hier et en attendant celle de demain, les opposants à la réforme des retraites se sont encore fait remarquer ce vendredi matin. Il veulent "généraliser les grèves et les mobilisations".

Les opposants à la réforme des retraites ont organisé des opérations de tractage et de blocage à Grenoble ce vendredi matin
Les opposants à la réforme des retraites ont organisé des opérations de tractage et de blocage à Grenoble ce vendredi matin © Daniel Despin - Yann Gonon - FTV.
Le gouvernement espérait un essoufflement après un mois de mobilisation mais les vacances de Noël semblent avoir regonflé les opposants à la réforme des retraites. Présents encore en nombre hier dans les défilés organisés un peu partout en France et notamment à Grenoble, ils ont maintenu la pression ce vendredi matin avant une nouvelle manifestation annoncée demain, samedi 11 janvier.

Ils se sont levés tôt ce vendredi matin. Drapeaux syndicaux brandis et chasubles fluos sur le dos, une poignée de militants était déjà sur le pont peu après 6h30 du côté de la Porte de France à l'entrée de Grenoble. Au programme, pas de blocage de la circulation qui aurait pu créer un gros bouchon à cette heure de la journée mais une opération de tractage. 

Après la manifestation qui a rassemblé 5400 personnes hier dans les rues de Grenoble selon la préfecture (et jusqu'à 25 000 selon le comptage de la CGT), l'intersyndicale voulait expliquer pourquoi il faut selon elle "généraliser les grèves et les mobilisations". Dans son tract, elle estime que pour "porter un coup décisif au projet gouvernemental, une explosion sociale généralisée est indispensable et urgente".


Et la suite ?


Comment parvenir à cette explosion sociale généralisée ? En occupant le terrain donc... Après la Porte de France, les militants se sont rendus devant le centre des finances publiques, avenue Rhin-et-Danube, cette fois pour un "blocage" de l'institution. 
 
Les manifestants devant le centre des finances publiques
Les manifestants devant le centre des finances publiques © Daniel Despin - FTV.

Tout au long de la journée, les grévistes annoncent plusieurs autres rendez-vous. Ils entendent ainsi perturber les voeux du président du conseil départemental Jean-Pierre Barbier, ils annoncent aussi un rassemblement à 14 heures devant la CCI ainsi que plusieurs assemblées générales.

Demain samedi, une nouvelle manifestation est annoncée au départ de la gare de Grenoble à 14 heures. Enfin, trois nouvelles journées d'actions sont d'ores et déjà prévues partout en France, mardi 14, mercredi 15 et jeudi 16 janvier.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social économie