Soirée clandestine en Isère : l'auteur de violences sur une policière condamné à 105 heures de travail d'intérêt général

Un homme de 19 ans suspecté de s'en être pris violemment à une policière à l'arrivée des forces de l'ordre lors de la fête clandestine, organisée samedi 16 janvier à Saint-Martin-d'Hères (Isère), a été condamné en comparution immédiate à 105 heures de travail d'intéret général.

Le hangar dans lequel s'est déroulée la fête à Saint-Martin-d'Hères, en Isère, samedi 16 janvier 2021.
Le hangar dans lequel s'est déroulée la fête à Saint-Martin-d'Hères, en Isère, samedi 16 janvier 2021. © Jean-Christophe Solari - France 3 Alpes

105 heures de travail d'intérêt général. L'une des trois personnes interpellées par les forces de l'ordre, à la suite d'une soirée clandestine d'environ 200 personnes organisée samedi 16 janvier à Saint-Martin-d'Hères (Isère), a été condamnée à 105 heures de travail d'intérêt général (TIG), ce mardi 19 janvier. Jugé en comparution immédiate, l'homme était suspecté de s'en être pris violemment (outrages et violences) à une policière au moment de l'interpellation.

Le jeune homme, âgé de 19 ans, pourrait être incarcéré "trois mois en cas d'inexécution du TIG conformément aux réquisitions du parquet", rapporte Eric Vaillant, procureur de la République de Grenoble.

Les deux autres personnes interpellées ne seront pas jugées tout de suite. L'organisateur de la soirée, âgé de 36 ans, par ailleurs propriétaire des lieux situés rue Barnave, à Saint-Martin-d'Hères, fait l’objet d’une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité pour "mise en danger de la vie d’autrui".

Le DJ de la soirée pourrait, lui, être condamné pour "non-respect du couvre-feu" et pour "détention et acquisition de stupéfiants", cet homme également âgé de 36 ans se trouvant en possession "d'amphétamines et de LSD" lors de son interpellation, samedi.

38 personnes verbalisées pour non-respect du port du masque

Une soirée clandestine s'est tenue dans un local associatif à proximité de Grenoble, samedi 16 janvier, le jour où le couvre-feu à 18 heures entrait en vigueur en Isère. Les forces de l'ordre sont intervenues vers 21h30 à la suite de l'appel d'une riveraine gênée par le bruit.

Dans le local, se trouvaient environ 200 individus. Si la plupart des participants ont fui à l'arrivée des policiers, 38 personnes ont été verbalisées pour non-respect du port du masque et le matériel, notamment sonore, a été saisi.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société violence faits divers