#Studio3. Le duo Adèle et Robin donne un coup de fraîcheur à la chanson française

Publié le Mis à jour le
Écrit par Damien Borrelly

Ils font tout à quatre mains, textes, compos et mêlent leurs deux voix sur leurs chansons. Adèle et Robin ont sorti YAM, un EP qu’ils ont lancé sur la scène du Bus Palladium à Paris le 19 novembre. Quelques jours après, ils ont fait escale à #Studio3.

Adèle et Robin, c’est l’alchimie d’un duo, uni dans la vie comme sur la scène. Lui a presque 20 ans, et elle 21 ans. Leur aventure musicale se construit patiemment au fil d’une jeunesse rythmée entre les études à Grenoble, les voyages et quelques longues journées confinées. Ça, c’était il n’y a pas si longtemps.

Difficile de dire lequel des deux est le plus yin ou le plus yang… Adèle et Robin ont beau aimer se vêtir de noir et blanc, leurs chansons composent une palette de couleurs, des teintes plus tendres que flashy. Ils écrivent ensemble des textes poétiques et frais, à la sensibilité teintée parfois d’une douce mélancolie.

Un processus à quatre mains

Un processus à quatre mains que le duo, fruit d'une rencontre il y a quatre ans lors d’un stage au conservatoire de Voiron, a longuement maturé.

Au départ, on n’écrivait pas ensemble. C’est compliqué d’apprivoiser la manière d’écrire de quelqu’un. Il nous a fallu du temps pour s’approprier l’écriture de l’autre, accepter de se mettre à nu aussi. Cela nous a pris trois ans.

Robin

Lors d’un voyage en Europe, début 2020, Adèle et Robin écrivent plusieurs chansons, dont certaines se retrouveront dans leur EP tout frais. YAM est une référence à un quartier berlinois, le Youth African Art Market et au jeu du même nom le Yams – ou Yahtsee - pour s’interroger sur la fragilité de la vie.

Mais c’est une autre chanson, bouleversante, "Je te vois partout" - inspirée par la disparition accidentelle l’année dernière de Luce, la sœur cadette de Robin - qui va connaître le succès. Un cri d’amour qui, derrière la tristesse, ressemble fort à un hymne à la vie. "En fait, on l’a écrite en vingt minutes cette chanson. Y’a pas eu besoin d’un processus d’écriture. Il fallait juste qu’elle sorte !" explique Robin. "Et en plus c’est la chanson qui marche le mieux, celle à laquelle les gens s’identifient le plus", ajoute Adèle. Chanson lumineuse portée par une vidéo solaire tournée à Milos dans les Cyclades, "Je te vois partout" a tout pour devenir un tube ! Quant au clip, il vient de dépasser les 100 000 vues !

Adèle et Robin avancent tranquillement. Faire ses premiers pas dans le paysage musical français n’est pas chose simple, mais déjà leurs clips et leurs chansons se répandent sur les réseaux sociaux et les premières critiques arrivent, plutôt bienveillantes.
Fans de Pomme et de Ben Mazué, ils citent aussi, parmi de nombreuses références, les anglais Alt J ou les excellents belges Balthazar. Et c’est un autre artiste grenoblois, Rémi Guirao, poète et chanteur du groupe Arabella, qui a réalisé leur EP YAM.

Adèle et Robin ont maintenant soif de partager leur musique avec le public. Une date est déjà cochée en juin prochain, l’Aluna Festival en Ardèche. Et le duo se verrait bien grimper sur une autre scène mythique de la région, le festival savoyard Musilac. À bon entendeur !

La session #Studio3

Pour #Studio3, Adèle et Robin nous interprètent trois chansons.

"Yam" est une chanson qui parle d'une quête, du fait de s’émanciper...


"Je te vois partout" évoque l’absence d’un être cher.


Enfin "Axelle" est une chanson un peu folle qui parle… de la folie !