• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Vallée du Grésivaudan : des habitants de plusieurs communes contre la fin de la collecte des déchets à domicile

Un collectif de citoyens du Grésivaudan opposé à la mise en place des points d'apport volontaire (PAV) généralisés aux ordures ménagères rassemble des photos de PAV encombrés. / © Collectif STOP au Tout PAV - Grésivaudan
Un collectif de citoyens du Grésivaudan opposé à la mise en place des points d'apport volontaire (PAV) généralisés aux ordures ménagères rassemble des photos de PAV encombrés. / © Collectif STOP au Tout PAV - Grésivaudan

Des points d'apport volontaire devraient remplacer la collecte des déchets à domicile dans une dizaine de communes du Grésivaudan en juillet 2019. Des habitants dénoncent le manque d'information sur cette réforme et s'y opposent, comme à Crolles, où ils ont décidé de lancer une pétition. 

Par Aurélia Abdelbost

Pour les habitants de plusieurs communes de la vallée du Grésivaudan, la fin de la collecte des déchets à domicile est annoncée par la Communauté de communes. Elle souhaite mettre en place des points d'apport volontaire (PAV), comme cela existe déjà pour le verre par exemple, mais pour tous les déchets, ce qui signifie donc la fin du passage des éboueurs devant chaque maison ou immeuble.
 

Une pétition en ligne

La communauté de communes précise que ce fonctionnement va être mis en place début juillet 2019 à Crolles, Villard-Bonnot, Froges, Le Champ-près-Froges et Bernin. En 2020 et 2021, d'autres communes devraient encore être concernées.

Pollution visuelle, olfactive, risque sanitaire, dépréciation immobilière...les motifs d'opposition à la réforme avancés par les opposants sont nombreux. Des habitants ont même décidé de distribuer des tracts dans les communes concernées et de lancer une pétition en ligne, qui rescence plus de 600 signatures. Le collectif a aussi réuni des photos de points d'apports volontaires déjà en place, avec des sacs-poubelle jonchant les lieux. Pour eux, il est hors de question d'accepter ce système.
 

"Manque de concertation"

A Crolles, les habitants ont vu les premiers points d'apport volontaire apparaître sur leur commune, à la grande surprise de certains. "Il y a eu une communication défaillante et un manque de concertation", dénonce un habitant de Crolles. Une autre habitante ne décolère pas : "C'est un service public en moins. Comment vont faire les personnes âgées qui ont du mal à se déplacer ?".

De son côté, la communauté de communes indique qu'au moins une réunion publique a eu lieu à Crolles, Villard-Bonnot, Froges, Le Champ-près-Froges et Bernin et que les municipalités ont dû chacune délibérer. 

Elle ajoute : "des conseillers déchets font du porte-à-porte depuis le 29 mars et jusqu’au 29 juin sur les cinq communes. Ils passent deux fois par adresse, après deux passages sans succès, ils laissent un avis de passage permettant de récupérer en mairie le kit comprenant des sacs de pré-collecte et un mémo de tri".
 

13 communes déjà passées aux PAV

Depuis 2018, 13 communes, notamment des hameaux en montagne, sont déjà passées à ce système. C'est le cas de Laval, commune d'un millier d'habitants possédant 12 PAV, qui a changé de système au 1er janvier 2018. "Pour beaucoup ça a été vécu comme un recul du service publique, même si dans la pratique les habitants se sont bien habitués", estime Sébastien Eyraud, maire de la commune. Il avance une "meilleure maîtrise des coûts", de "meilleures conditions de travail pour les agents" et "une prise de conscience des déchets que l'on génère". Ce dernier indique qu' "un service a été proposé aux personnes ayant des difficultés à se déplacer, mais qu'elles n'en ont pas eu la nécessité".
 

Sur le même sujet

les MOF à l'honneur à l'atelier-musée de Chazelles-sur-Lyon

Les + Lus