Isère : le dernier fabricant français de ballons gonflables remplace ses tiges en plastique par des tiges en carton

La tige des ballons de baudruche fabriqués par Ballon Pub sera désormais faite de carton. / © Jérôme Ducrot - France 3 Alpes
La tige des ballons de baudruche fabriqués par Ballon Pub sera désormais faite de carton. / © Jérôme Ducrot - France 3 Alpes

A Tullins, en Isère, le dernier fabricant français de ballons gonflables en latex a remplacé ses tiges en plastique par des tiges en carton. Objectif : se conformer aux normes européennes bientôt en vigueur.

Par SMl avec JD et DS

Pour se conformer à la loi anti-plastique qui entrera en vigueur dans l'Union Européenne à l'été 2021 et interdira l'utilisation des plastiques à usage unique, le dernier fabricant français de ballons gonflables en latex, Ballon Pub a désormais remplacé ses tiges en plastique par des tiges en carton. 
 

Un gros changement pour l'entreprise de Maurice Bouchayer, gérant de Ballon Pub, qui a travaillé pendant un an à la conception d'un nouveau support, en accord avec les nouvelles normes européennes.


Un cône en carton breveté

"Il s’agit d’un petit cône, comme un cornet de glace, explique-t-il. Il a l’avantage de se plier. Le ballon va fermer le cône, c’est-à-dire qu’on n’utilise plus aucune colle dans le produit." Son nouveau support en carton a été breveté. 

Si la tige en plastique qu'il utilisait auparavant, composée de polypropylène est bien polluante, la baudruche de ses ballons a été conçue pour être biodégradable. "Le suc de l'hévéa avec lequel est fabriqué la baudruche est un liquide entièrement naturel et n'a rien à voir avec le plastique", insiste le chef d'entreprise. 
La tige en carton des ballons de baudruche. / © France 3 Alpes
La tige en carton des ballons de baudruche. / © France 3 Alpes


Des coûts supplémentaires pour l'entreprise 

L'entreprise de Maurice Bouchayer ne va pas fabriquer elle-même ses cônes en carton. Elle devra sous-traiter, ce qui engendre des coûts de fabrication supplémentaires et des inquiétudes. 

"C’est beaucoup de changement, reprend-il. Les normes même du jouet ont beaucoup évolué, ça nous a demandé de nouveaux investissements, et là, on est dans l’expectative. On a proposé notre nouvelle tige en carton en carton à nos clients et on attend les réponses."

A cette innovation coûteuse s'ajoute une nouvelle taxe pour les produits considérés comme polluants, incluse dans le texte de la loi européenne dans le concept de "responsabilité élargie". Une double peine pour cette société fabriquant plus de 74 millions de ballons en latex par an.   
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus