Isère : l'installation d'une antenne- relais de 30 mètres à Villard-de-Lans divise les habitants du Vercors

Il y a les "pou"r, et les "contre" cette antenne de 30 mètres de haut. Une consultation citoyenne a rencontré un refus majoritaire. Les acteurs touristiques pour. L'installation a été actée par le conseil municipal. Les opposants ont encore un mois pour déposer un recours.

Photo montage de l'implantation de la future antenne
Photo montage de l'implantation de la future antenne © Collectif "non à l'antenne"

Thomas, membre du collectif, depuis la terrasse de sa maison tapissée de bois explique à grands gestes ce que serait sa vue depuis sa maison" Vous imaginez le tableau? elle serait bien au-dessus des sapins, il y a déjà à côté une antenne de 10 mètres, eh bien la nouvelle antenne serait trois fois plus haute, de quoi vraiment gâcher le paysage".

Le collectif qui s'est créé il y déjà des mois se rend régulièrement sur le marché de la petite place du village avec ses arguments : impact paysager dans un site naturel, méfiance des ondes...il récolte des signatures au bas de sa pétition, mais les habitants sont partagés, notamment ceux qui ont des gîtes ou des chambres d'hôtes, et des structures d'accueil touristique : " Les touristes sont demandeurs, vous avez le wifi? C'est un peu normal, ils ont besoin de joindre leur famille, parfois ils travaillent sur leur ordinateur"fait remarquer l'une.

" Nous ne sommes pas contre le progrès" rétorque l'autre "mais si on améliorait déjà le réseau existant , avant de dégrader le paysage ! ce serait déjà le minimum avant de décréter qu'on est dans une zone blanche".

Une consultation citoyenne a été organisée en décembre. Le "non" l'a emporté, mais les avis sont mitigés "les nouveaux arrivants qui viennent s'installer surtout poussent à la roue, ils ont du mal à comprendre qu'on veut garder notre village tel qu'il est", regrette un membre du Collectif. 

Toujours est-il que le Conseil municipal a acté l'installation : " nous ne sommes pas contre une alternative" indique  monsieur le maire Arnaud Mathieu " mais nous avons échangé avec Orange pour savoir s'il n' y avait pas d'autres sites possibles d'implantation, et leurs experts nous ont dit non, mais nous sommes disposés à envisager toute solution qui respecterait le paysage, tout en offrant un accès garanti au réseau mobile".

Les opposants ont encore un mois pour déposer un recours.

 

Reportage France 3 Alpes

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
polémique société technologies économie