Isère: un couple retrouvé mort au Fontanil-Cornillon, l'homme aurait tué sa femme avant de se suicider

L'homme, âgé de 82 ans, aurait tué sa compagne, âgée de 71 ans avant de se donner la mort ce dimanche 25 avril. Ce sont des voisins qui ont donné l'alerte après avoir entendu la veille l'octogénaire tenir "des propos suicidaires".

(photo d'illustration)
(photo d'illustration) © Jean-François FREY / Maxppp

Les voisins qui étaient allés la veille en randonnée avec eux ont expliqué avoir entendu l'homme exprimer des propos suicidaires et parler "d'en finir". 

Alors ce dimanche 25 avril, quand ils se sont rendus compte qu'il n'y avait aucun mouvement dans la maison située dans le quartier du stade, au Fontanil-Cornillon en Isère, et que les volets étaient tous clos, ils ont appellé le 17. 

Après avoir tenté de joindre le couple, en vain, les sapeurs-pompiers et les gendarmes de Meylan se sont rendus sur place vers 10 heures du matin. Ils ont dû forcer l'entrée par le portail, la porte principale et briser une vitre pour pénétrer dans l'habitation.

Ils ont découvert les deux corps sans vie, dans leur chambre à coucher, une carabine 22 long rifle auprès du mari.

Ils étaient allongés de chaque côté du lit.

En l'absence totale d'effraction, les enquêteurs ont très vite écarté l'hypothèse d'une intervention extérieure.

Selon les premiers éléments, "tout indique en effet que l’octogénaire a tué sa femme d’un coup de carabine avant de retourner l’arme contre lui et de mettre fin à ses jours", a confirmé le procureur de la République Eric Vaillant.

La carabine appartient au mari qui avait un port d'arme. Il avait épousé sa femme en secondes noces. Elle était originaire de Sainte-Rose à la Réunion.

Les proches de la victime, qui vivent là-bas, et notamment sa soeur, ont expliqué sur Radio Freedom "que le couple était venu en vacances sur l'île en décembre dernier, que rien ne laissait présager ce drame, mais que sa soeur avait exprimé son envie de revenir vivre dans l'océan indien, ce que ne semblait pas approuver son époux".

Les auditions se poursuivent

Le procureur de la République de Grenoble précise, ce lundi 26 février, que "les auditions vont se poursuivre pour préciser les relations qu’entretenaient les époux et plus généralement le contexte des faits."

"Le couple n’avait pas d’enfant commun mais des enfants issus d’une précédente union. Ceux-ci révèlent qu’aucun d’entre eux ne souffrait de problème de santé particulier susceptible d’expliquer le très probable passage de cet homme de 82 ans à l’acte, [lui] qui n’est pas connu des services de police ou justice", ajoute-t-il.

"En revanche, des tensions dans le couple semblent s’être exacerbées récemment, au point que son épouse aurait souhaité quitter son époux pour repartir à La Réunion", indique Eric Vaillant.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers