• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Isère : le wingsuiter porté disparu reste introuvable malgré d'importantes recherches sous la Dent de Crolles

Photo d'illustration. / © Liu Dawei / MAXPPP
Photo d'illustration. / © Liu Dawei / MAXPPP

L'opération de recherches menée par la CRS Alpes vendredi 7 juin n'aura pas permis de retrouver la trace du pratiquant de wingsuit disparu en Isère. Seule piste des secours : le téléphone portable de la victime qui continue d'émettre un signal.

Par M.D.

Il s'est élancé de la Dent de Crolles jeudi avant de littéralement disparaître dans les nuages. Un pratiquant de wingsuit, sport consistant à sauter dans le vide avec une combinaison en forme d'aile avant d'ouvrir un parachute, reste introuvable au lendemain de sa disparition, en Isère.
 

Les CRS Alpes, qui avaient entrepris des recherches dès 14 heures jeudi, vont poursuivre leurs opérations toute la journée de vendredi jusqu'à la tombée de la nuit. Mais pour l'heure, toujours aucune trace du wingsuiter, un ressortissant canadien âgé de 41 ans. L'ami de cet amateur de sensations fortes a donné l'alerte après qu'il l'a vu disparaître dans les nuages. Ce dernier avait pour sa part avait renoncé à sauter en raison d'une masse nuageuse juste en dessous du sommet qui empêchait de voir le terrain.

Les opérations se concentrent dans les secteurs de Saint-Hilaire et Saint-Pancrasse, mais elles sont rendues difficiles par la nature accidentée du terrain. Tandis que des secouristes ratissent la zone à pieds, des survols en hélicoptère sont effectués par la Sécurité civile. Les enquêteurs s'appuient pour l'instant sur leur principale piste : le téléphone du quadragénaire. "Nous avons constaté que son mobile était toujours en marche et essayons maintenant de le géolocaliser plus précisément via son opérateur", nous indique une source policière.

Mais encore une fois, la localisation du téléphone est rendue difficile par les nombreuses falaises de ce secteur. "Pour obtenir un signal précis, il nous faut une visée directe et nous n'y sommes pas encore parvenus", ajoute un enquêteur. La zone est parsemée de forêts en pente et de barres rocheuses parfois "scabreuses", c'est-à-dire impraticables à pied.

 

Sur le même sujet

Puy-de-Dôme : une mini-tornade s’abat sur le village de La Redonde

Les + Lus