Le détecteur d'empreintes digitales d'ISORG, mis au point en Isère, certifié par le FBI : c'est une première mondiale !

C'est une première mondiale. Le FBI (Federal Bureau of Investigation), les services de renseignements américains, ont certifié la technologie grenobloise de photocapteur d'empreintes digitales d'Isorg, issue du CEA-Liten. C'est le sésame pour le marché de la sécurité et la production en série.

Miniaturisé, dédié aux contrôles d'identité, ce capteur d’empreintes digitales est gros comme un pouce et "son innovation est double" explique Alexandre Cheminal, ingénieur applications Isorg, "c'est un capteur organique, il permet de reproduire les empreintes des pièces d'identité, en les imprimant sur une feuille de polymère, sans silicium, extrêmement fine de 2 mm à peine, fabriquée à Ester Technopoles Limoges". Ce capteur est issu de la technologique ISORG du CEA-Liten.

Elle a reçu la certification du FBI, et c'est d'être une seule récompense pour l'égo ou l'honneur. "Cette certification" livre le directeur technique Jérôme Joinel "est tout simplement le sésame, la clé qui permet de commercialiser notre innovation et qui nous ouvre le marché, en plein essor, de la sécurité, et ne peut être vendue qu’à l’unique condition d’être certifiée par le FBI, quel que soit le pays de production de cette technologie, quel que soit le pays visé ".

La production en grande série devrait bientôt être lancée dans l'usine de Limoges, pour les frontières, les aéroports ou les smartphones. Les fabricants, les polices et les douanes sont intéressées.

Reportage : Xavier Schmitt, Nathalie Rapuc & Clémentine Fayolle

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
innovation technologies économie sécurité société