"Le réchauffement climatique chamboule tout" : en Isère, une convention citoyenne pour le climat inédite

Au Pont-de-Claix, en Isère, une quinzaine de collégiens se sont portés volontaires pour participer à une initiative inédite : une Convention citoyenne des jeunes pour le climat. De séjours de découverte en réunions de travail, ils feront partager le résultat de leurs réflexions aux élus du conseil municipal.

À 1 000 mètres d'altitude, dans un sous-bois sur les hauteurs de Laffrey en Isère, un groupe d'adolescents s'active autour d'un feu de bois. Au programme pour la quinzaine de jeunes, âgés de 11 à 14 ans, découverte de la faune et de la flore locale, et préparation d'une infusion d'aiguilles de pin. "Un feu, une casserole, une cabane et elle est belle la vie !", s'exclame Pierre-Jean Bethoux, accompagnateur en montagne. "Certains veulent encore un coup d'infusion ?"

Réfléchir à l'environnement de façon ludique

Les adolescents se sont portés volontaires pour participer à la Convention citoyenne des jeunes pour le climat, lancée à l'automne 2023 par la ville de Pont-de-Claix et calquée sur le modèle de la Convention citoyenne pour le climat.

Et les conséquences se font déjà sentir pour ces collégiens. Pourtant prévue au programme, la construction d'un igloo a dû être annulée, en raison de l'absence de neige. "Les loisirs à la montagne vont peut-être être différents. On est monté ici avec un bus qui roule au gaz, on n'a aucune émission de CO2", souligne Simon Peyrache, chargé de mission sur l'éducation à la citoyenneté à la ville de Pont-de-Claix. "Demain, on avait une activité chiens de traîneaux, et bien, ce sera du kart."

Sur les périodes de vacances, on fait des séjours pour faire du vivre-ensemble, et pour que les jeunes se rencontrent.

Simon Peyrache

Chargé de mission sur l'éducation à la citoyenneté à la ville de Pont-de-Claix (Isère)

a apprend beaucoup de choses, ça permet de réfléchir et d’agir réellement. C’est un gros problème maintenant, plus on s’en occupe tôt et plus on se sensibilise tôt, plus on pourra agir au mieux demain", détaille Laury, âgée de 14 ans et élève en classe de 3ème. "Le réchauffement climatique chamboule tout, cet été, il a fait trente degrés en Espagne et il a neigé en Grèce, c’est inquiétant."

C’est notre avenir, donc si on n’en prend pas soin, on n'aura plus rien quand on sera plus grands.

Laury

Participante à la Convention citoyenne des jeunes pour le climat

S'initier à la citoyenneté

Pendant les vacances scolaires, les 16 collégiens peuvent ainsi participer à des séjours de découverte. Et une fois par mois, ils se retrouvent pour discuter du climat et de l'environnement. La Convention donne aussi aux adolescents la possibilité de faire œuvre de citoyenneté. À la fin de l'année, ils pourront faire des propositions aux élus de leur commune en juin prochain. "C'est un événement ludique, mais le but final, c’est de parler aux élus pour trouver des solutions", reprend Laury. "On se rend compte que la nature est belle et que c’est important d’en prendre soin. Je trouve ça très intéressant pour agir sur notre propre consommation et sensibiliser les autres."

Rencontrer ces jeunes a d'ailleurs été une belle découverte pour Simon Peyrache. Le chargé de mission estime qu'on "peut féliciter ces jeunes. Au-delà des stéréotypes sur la jeunesse, les réseaux sociaux et les comportements de consommateurs, ce sont aussi des jeunes en capacité de comprendre, de s’émanciper."

Dans quelques semaines, les participants à la Convention citoyenne des jeunes pour le climat se réuniront une nouvelle fois, mais à Paris pour visiter la Cité des Arts et des sciences, l'Académie du climat et l'Assemblée nationale.