Lyon-Turin : des élus savoyards signataires d'une tribune en faveur du projet, réunis à Montmélian pour soutenir la construction de la future ligne ferroviaire

Publié le
Écrit par Sylvia Bouhadra avec Xavier Schmitt

Samedi 22 octobre, des élus savoyards signataires d'une tribune au début du mois, se sont rassemblés à Montmélian dans le but de rappeler leur engagement en faveur de la future ligne ferroviaire Lyon-Turin.

Les partisans de la future ligne ferroviaire Lyon-Turin donnent à nouveau de la voix. Les élus de la Savoie se sont retrouvés samedi 22 octobre à Montmélian. Ce rassemblement avait pour but de rappeler leur engagement en faveur du projet, lancé il y a 30 ans, d'un tunnel transalpin de 57 km.

Ces élus savoyards sont les signataires d'une tribune intitulée Le Lyon-Turin : un projet essentiel pour l’écologie, l’économie et le développement social. Une opportunité pour la Savoie, pour notre région, pour la France et l’Europe. Le texte publié au début du mois d'octobre, fut signé par plus de 200 élus et représentants professionnels et syndicaux. Le texte dénonce entre autres "une désinformation" et une "instrumentalisation politique" à l’encontre de cette ligne ferroviaire actuellement en construction.

L’enjeu environnemental au cœur des préoccupations

Pour défendre le projet, les élus invoquent notamment un enjeu environnemental :  le report massif du fret routier sur le rail, pour réduire la pollution et favoriser la mobilité décarbonée.

" Le trafic routier et de camions a augmenté ces dernières années de 15 % à travers les Alpes. En Savoie, nous subissons un report encore plus important, puisque l’augmentation du trafic depuis 2014 est de 25 %.", explique Émilie Bonnivard, députée LR de la Savoie.

" C’est une tendance contre laquelle nous voulons nous battre, et nous pouvons nous battre uniquement avec des infrastructures du XXI e siècle, modernes, compétitives en terme de sécurité. La ligne historique ne peut pas absorber un report massif", défend l'élue.

Venus manifester leur désaccord, des opposants au Lyon-Turin étaient également présents ce samedi 22 octobre à Montmélian. Ils invoquent également des arguments écologiques, mais différents.

"Ça coûte trop cher, on parle de plus de 30 millions d’euros, et avec le surcoût des matériaux ça coûtera plus cher", fustige Daniel Ibanez, du collectif des opposants au projet Lyon-Turin.

"Mais surtout, il n’y a pas besoin de toucher une seule pâquerette dans un champ lorsqu’il y a une ligne qui existe et qui est utilisée à moins de 20 % de sa capacité. On faisait circuler dans les années 80 des centaines de trains et plus de 150 trains par jour par la voie existante. Aujourd’hui, on en fait circuler moins de 30. C’est simple, il suffit d’en faire passer 5 fois plus et on sort tout de suite 900 000 poids lourds de la route", poursuit l’opposant.

Le Lyon-Turin continue de diviser

Si les travaux ont débuté il y a des années, avec à ce jour 20% du tunnel creusé et une livraison de l'ouvrage prévue pour 2030, il continue de diviser et de faire l’objet de contestations. Le 4 septembre dernier, une énième manifestation a été organisée par les opposants au tunnel. Plus de 200 personnes s’étaient donné rendez-vous à Villarodin-Bourget, dans la vallée de la Maurienne, pour dénoncer notamment "une atteinte irréversible aux réserves en eau de la montagne".

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité