"Maëlys. Ma fille. Tuée. À 8 ans et demi”, la mère de Maëlys raconte l'indescriptible dans un livre

Publié le Mis à jour le

A quelques jours de l'ouverture du procès de Nordhal Lelandais, Jennifer De Araujo publie un livre pour raconter son chemin depuis la disparition de sa petite fille, Maëlys. Une histoire écrite à quatre mains, avec la journaliste Tiphaine Pioger.

Dans quelques jours, le lundi 31 janvier, le procès de Nordahl Lelandais, meurtrier présumé de la petite Maëlys, s'ouvre à Grenoble. Trois semaines pour replonger dans cette soirée d'août 2017, marquée par l'enlèvement et la disparition d'une petite fille de 8 ans, lors d'une fête de mariage. La France entière retient son souffle au fil des jours, de l'enquête et du dénouement insupportable. 

Était-ce pour affronter ces trois longues semaines de procès, pour se préparer et transformer sa peine que la maman de la petite fille a sorti un livre sur son récit ? Jennifer De Araujo a accepté le projet de la journaliste Tiphaine Pioget qui a suivi et fait plusieurs reportages sur l'affaire.

Le parti pris annoncé n'est pas de faire du sensationnel mais de donner une dimension humaine au chemin de cette maman endeuillée et de raconter cette petite fille qui aura à tout jamais 8 ans. En voici quelques extraits.

Maëlys, c’est raconter qui elle était.

"Elle était la joie, la douceur, la bienveillance, la résilience. Elle était tout ce dont le monde aurait davantage besoin et tout ce qu’il manque souvent à la société des hommes d’aujourd’hui. J’écris pour raconter la perte et prolonger la vie. Car Maëlys ne devrait pas cesser d’exister.”

Le dernier bisou

"Je lui fais un bisou et elle retourne jouer. Un bisou sur la peau de ma fille, un parmi des milliers depuis sa naissance. Je suis sa mère et Maëlys aime particulièrement les câlins, plus que Colleen par exemple. Je fais un bisou à ma fille et elle repart jouer. Je la vois encore descendre de mes genoux, s’éloigner de la table en sautillant. Je fais un bisou à ma fille et elle repart jouer. Nous sommes le 27 août 2017. Il est 2 heures du matin.
C’est la dernière fois que je verrai Maëlys."

Des rêves et non des cauchemars

"Pendant cette période donc, je fais des rêves. Des rêves et non des cauchemars. Tous peuplés de Maëlys. La nuit, mon cerveau crée les images de ma fille qui me manquent le jour. On m’a souvent demandé si j’arrivais à dormir. Contrairement à ce que mes proches pensaient, j’adorais aller me coucher parce que Maëlys venait me voir, dans ces songes. Dans les limbes du sommeil, nous étions encore tous les quatre. Le clan au grand complet. Mais les bienfaits de ce mécanisme cérébral sont temporaires et le réveil, cruel.”

"Maëlys. Ma fille. Tuée. À 8 ans et demi", par Jennifer De Araujo avec Tiphaine Pioger, éditions Robert Laffont, 2022.

durée de la vidéo : 02min 00
Maëlys le Livre ©France 2