PHOTOS. Isère : après la catastrophe, une longue période de travaux commence au funiculaire de Saint-Hilaire-du-Touvet

Après les intempéries et les inondations du 29 décembre dernier, le funiculaire de Saint-Hilaire-du-Touvet, situé à Lumbin (Isère) entame désormais une longue période de travaux, avec comme objectif : la réouverture du site.

Des tonnes de gravats et de bois, des crevasses formées par les pluies diluviennes, des constructions lourdement endommagées... Les dégâts causés par les intempéries du 29 décembre dernier ont laissé des traces sur la gare du funiculaire de Saint-Hilaire-du-Touvet, située à Lumbin (Isère).

Quelques jours après Noël, les locaux ont eu la mauvaise surprise : les pluies incessantes et la fonte des neiges, plus haut sur le massif de la Chartreuse, ont gonflé le torrent en contrebas de la cascade de l'Oule. Les eaux ont tout emporté. La gare de la petite attraction touristique, située sur les hauteurs de la commune, n'a pas résisté.

"C'était impressionnant. Nous n'avions jamais vu ça, même dans les archives. Le cours d'eau, qui longe les rails, avait gonflé et faisait entre 7 et 8 mètres de large pour 3 mètres de profondeur", témoignait le maire de Lumbin, Pierre Forte, au lendemain du sinistre.

Quel avenir pour le funiculaire ?

Aucune victime n'a été à déplorer lors des intempéries, mais les dégâts matériels sont importants. "Je ne sais pas ce qu'il va en être de la suite", confiait-il. Dans deux ans, le funiculaire fêtera son centenaire. L'édile isérois espère pouvoir rouvrir la gare d'ici là. 

En attendant, une cellule opérationnelle, pilotée par ses soins, réunit élus locaux et experts du Département ainsi que du Grésivaudan. L'objectif : sécuriser les habitations dans le périmètre de la gare et enlever ces 10 000 mètres cubes de gravats. 4 000 ont déjà été évacués.

L'objectif est quand même de le refaire. C'est la priorité.

Pierre Forte, maire de Lumbin.

Dans un second temps, cette cellule devra se pencher sur de prochaines études pour savoir si le funiculaire reverra à nouveau le jour. "L'objectif est quand même de le refaire. C'est la priorité. Mais est-ce qu'il faut le déplacer ? Le rehausser ? Je n'ai pas encore la réponse", explique le maire de Lumbin, ce mercredi 5 janvier.

Pour rendre compte des dégâts, le président du département, Jean-Pierre Barbier (LR) devrait se rendre sur place, ce jeudi. Depuis la nouvelle année, un ballet de semi-remorques et de pelleteuses s'organise tous les jours autour de la gare du funiculaire.

Les eaux ont endommagé une importante partie du site, alors que des investissements avaient été réalisés il y a deux ans pour rénover l'attraction touristique.

Les bâtiments n'ont pas été les seuls à subir la puissance des intempéries. Les rails ont également été endommagés par la pluie.

Plus haut, la station familiale de Saint-Hilaire, sur le plateau des Petites Roches, a dû fermer le 30 décembre pour une durée indéterminée. Les intempéries ont causé d'importants dégâts sur les pistes : des crevasses se sont formées en plein milieu du domaine.