• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Quand le coeur du village de Malleval-en-Vercors recommence à battre

Malleval-en-Vercors, perché à 940 m d'altitude / © France 3 Alpes
Malleval-en-Vercors, perché à 940 m d'altitude / © France 3 Alpes

C'est un village marqué à jamais par les attaques allemandes contre le maquis du Vercors.  Un village qui ne comptait plus que onze âmes en 1975. Ils sont 53 aujourd'hui. Malleval revit doucement grâce à des habitants passionnés qui multiplient les projets

Par France 3 Alpes

C'est un petit village de 50 âmes, en plein coeur du parc du Vercors, à 940 mètres d'altitude. Pour y accéder, il faut habituellement passer dans les gorges du Nan, une route pittoresque (fermée en ce mois d'août pour travaux) du Vercors.

Comme de nombreux petits villages de montagne, Malleval qui a compté jusqu'à 300 habitants, a subi la désertification. Pour raison budgétaire, Il a récemment perdu sa secrétaire de mairie et même son cantonnier, et pourtant...il revit doucement, grâce à l'énergie de ceux qui l'habitent.

La seule auberge qui existait était fermée depuis une bonne année. Depuis le 29 juin 2019, l'Auberge des Galopins a rouvert, rachetée par Philippe, par ailleurs éditeur de logiciels dans la vallée. Polyactif, il a créé une équipe de 2 personnes, deux nouveaux emplois à Malleval.

Un couple de Bretons, qui n'étaient pas non plus du métier ont aussi repris la ferme caprine de la Caille. Clarisse, en reconversion professionnelle s'occupe surtout de la ferme, et Pascal vend leurs fromages sur les marchés, 5 fois par semaine, à Grenoble, Saint-Marcellin ou Tullins

Aucun doute le coeur du village recommence à battre : les Mallevallois ont d'ailleurs remis en marche leur association "Foyer Neige et Nature", en veille depuis presque 4 ans. Elle a retrouvé un nouveau bureau et recommence à proposer des activités. Tous sont bénévoles. 

Tous partagent une belle solidarité et ont en commun d'voir fait un choix de vie, loin de la ville, guidé par la paix et la liberté, comme Marie-Claire, installée ici depuis 20 ans, ancienne exploitante de l'elevage caprin repris par les Bretons et qui fabrique aujourd'hui des meubles en bois. Tombée sous le charme du petit village et de sa nature, comme Marc, consultant en industrie mais aussi et surtout accompagnateur en montagne.

Reportage Isabelle Guyader, Dominique Bourget & Sophie Villatte

Sur le même sujet

Non au compteur Linky

Les + Lus