• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Rencontre. Stéphane Girard, maire de Oulles, la plus petite commune de l'Isère

Stéphane Girard, maire de Oulles-en-Oisans / © France 3 Alpes
Stéphane Girard, maire de Oulles-en-Oisans / © France 3 Alpes

Il a décidé de se présenter à la mairie en 2014 pour sauver le village de sa mère qui se dépeuplait peu à peu. Stéphane Girard est le premier édile de la commune d’Oulles-en-Oisans, la plus petite commune de l’Isère. Et il se démène depuis déjà 4 ans pour la rendre attrayante.
 

Par Anne Hédiard

Oulles, perché à flanc de montagne au-dessus de Bourg d’Oisans. La plus petite commune de l’Isère. 12 habitants seulement en hiver.

Mais ne vous y trompez pas, le village n’est plus en train de mourir. Il reprend vie.

Car en 2014, il n’y avait pas plus de 4 habitants qui vivaient là à l’année. Donc la population augmente ! D'ailleurs, tout récemment, deux jeunes couples se sont installés à Oulles pour y vivre.

C’est signe que le maire, Stéphane Girard, et son équipe sont sur la bonne voie.

Car ils se démènent pour faire revivre la commune et la rendre attrayante.

L’extérieur de la mairie a été rénové, les gîtes communaux retapés et loués à l’année, le four communal rénové et un ancien sentier muletier a été restauré.
 

Une buvette a même été créée. Elle fonctionne l’été pour accueillir les touristes et cyclistes de passage. Et il y en a de plus en plus. Car les virages de montagne qui mènent à Oulles sont un bon entraînement, ils sont "plus durs que ceux de l’Alpe d’Huez" parait-il !

Mais le projet phare du mandat, c'est la construction d'un gîte pour la location saisonnière. Si tout va bien, il sera prêt pour les vacances de printemps.

Le maire et son équipe comptent beaucoup sur ce nouvel outil pour faire venir des gens à Oulles. 

Une commune qui se mérite car pour s’y rendre, la route de montagne est assez périlleuse, surtout en hiver. Mais une fois là-haut, tout est calme et sérénité avec une vue à couper le souffle sur l’Oisans.

A 50 ans, Stéphane Girard ne regrette pas son engagement à la mairie. La fonction lui prend le plus clair de son temps mais il y a des résultats et c'est sa récompense. Son seul regret, "ne pas faire toujours l'unanimité".
 

 

Sur le même sujet

Le service à l'assiette au Centre hospitalier de Bourg-en-Bresse

Les + Lus

Aidez-nous à améliorer notre site en répondant en trois minutes à ce questionnaire.

Commencer