Retour à l’école : le protocole sanitaire est une aberration pour des parents qui lancent une pétition

Des milliers d’enfants ont repris le chemin de l’école. Après des semaines de confinement les voilà confrontés à des mesures barrières très strictes. 4 parents de la région lancent une pétition pour demander l’assouplissement de ces mesures qu’ils jugent disproportionnées.
 

Les mesures de distanciation sociale lors de la récréation.
Les mesures de distanciation sociale lors de la récréation. © Rémy PERRIN /MAXPPP
En ce contexte de réouverture des écoles et de déconfinement, des parents isérois souhaitent faire entendre une voix différente, celles de parents inquiets et choqués des mesures imposées aux enfants lors de leur accueil dans les écoles depuis ce mardi 12 mai, "notamment celles de distanciation physique."

Guillaume Bouchet est médecin généraliste référent de crèche et père de deux enfants de 9 et 5 ans, "quand nous avons lu à notre fille aînée le protocole sanitaire et ce qui l’attendait à son retour en classe, elle qui était impatiente s’est mise à pleurer. Pour elle ce n’est plus l’école, elle était très en colère. Mettre mon enfant dans ces conditions, c’est non. C’est maltraitant."

Les mesures préconisées par l’Education Nationale pour l’accueil des élèves en maternelle et primaire prévoient des déplacements limités en classe, pas de jeu avec les pairs en récréation, pas d’inter-action entre enfants, autant de mesures qui selon ce médecin constituent "un appauvrissement de leur environnement d’apprentissage."
 

Alerter l’opinion


Avec trois autres parents spécialisés professionnellement dans la pédiatrie, il a lancé une pétition en ligne afin de réclamer un assouplissement de ces règles, "il faut faire preuve de bon sens et les adapter à la capacité de compréhension de l’enfant. Un petit de maternelle comprend très bien qu’il doit se laver les mains plusieurs fois par jour, mais il ne peut pas comprendre qu’il n’ait pas le droit de jouer avec ses copains en récréation ou de se déplacer librement en classe ou encore de s’approcher de sa maîtresse pour lui poser une question ou se faire consoler… Cela constitue une violence à son encontre."

Bénéfices risques


Ces parents considèrent que face au risque de forme grave et de décès exceptionnel lié au Covid-19 chez l’enfant et à leur plus faible contagiosité, leur imposer de telles restrictions de leurs libertés, d’interférer aussi fortement avec leurs besoins fondamentaux constitue une atteinte grave à leur santé. "Si ces mesures sont faites pour protéger les enfants, c’est un mauvais argument. De plus, cela contribue à créer un climat anxiogène qui fait peur à tout le monde."

Cette inquiétude est partagée par la communauté des pédiatres qui s’alarme également des conséquences potentielles de ces mesures en terme de développement psycho-affectif dans une tribune publiée sur le site de l’AFPA, l'association Française de Pédiatrie Ambulatoire.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société coronavirus santé
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter