• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

VIDÉO. Des policiers municipaux tirent sur un chien dangereux perdu à l'Isle-d'Abeau (Isère)

Le chien, nommé Arkane, appartenait à une habitante du lotissement qui longe l'avenue de Jallieu, à l'Isle-d'Abeau (Isère). / © TR
Le chien, nommé Arkane, appartenait à une habitante du lotissement qui longe l'avenue de Jallieu, à l'Isle-d'Abeau (Isère). / © TR

Dans une vidéo postée sur Facebook, des agents de la police municipale de l'Isle-d'Abeau, en Isère, tentent de maîtriser un chien de seconde catégorie, avant de faire usage de leur arme - devant des témoins. Depuis hier soir, la scène enflamme les réseaux sociaux.

Par Cécile Sauzay

"Abats-le, abats-le ! au lieu de le laisser souffrir !". L'auteur des images ne retient pas sa colère, les internautes non plus. Dans une vidéo postée sur Facebook hier soir, on peut voir les policiers municipaux de l'Isle-d'Abeau, dans l'Isère, tirer à plusieurs reprises - devant des dizaines de témoins - sur un chien nommé Arkane qui divaguait sur la voie publique, aux alentours de 18h30.
 

Selon la gendarmerie de l'Isère, dépêchée sur place, les agents municipaux ont été "agressés par un chien de seconde catégorie" sur la liste des chiens dangereux. "Après avoir tenté de le maîtriser avec une perche, ils font usage à quatre reprises de leur arme", selon les gendarmes.

Mais la thèse de l'agression est démentie par l'auteur de la vidéo. Selon lui, Arkane tournait en rond au niveau de l'avenue de Jallieu depuis moins d'une heure lorsque la police municipale est arrivée. "Il paraissait inoffensif : des familles avec des poussettes, des personnes promenant des chiens passaient devant lui sans qu'il ne réagisse", décrit-il. 

Pendant une demie-heure, les agents tentent de capturer le chien perdu. "L'un d'entre eux criait, l'autre le suivait avec un lasso. Ils ne savaient pas quoi faire, ils étaient paniqués", raconte l'auteur des images. "Il y a eu un moment où le chien, qui était visiblement très effrayé, a montré les dents. Cela a été suffisant pour que les policiers lâchent la perche et prennent leur arme".

Dans un communiqué, la mairie se montre plus nuancée et invoque la prudence de ses agents : "Eu égard aux risques pour la population et pour les agents sur place les policiers municipaux se voient contraints de le neutraliser à 18h50". Interrogé par nos confrères du Dauphiné-Libéré, le maire de la commune affirme avoir visionné les vidéos de surveillance. Il assure qu'Arkane avait essayé de s'en prendre à un autre chien, et qu'il avait mordu la perche tendue par les forces de l'ordre. 
 

Sous les yeux des clients des deux terrasses situées de l'autre côté de la rue, et devant une file de voitures bloquées par l'incident, les policiers tirent à quatre reprises sur l'animal, sans pour autant l'abattre. Il a été emmené chez le vétérinaire pour y être euthanasié. 

Arkane appartenait à une femme, mère d'une petite fille de 4 ans, qui habite le lotissement qui longe l'avenue de Jallieu, où la scène a eu lieu. "Le propriétaire du chien, identifié, détenait le chien illégalement", selon la gendarmerie de l'Isère. La loi impose de déclarer un chien de catégorie 1 ou 2 auprès de la mairie, et de le tenir en laisse et muselé, ce qui n'était pas le cas. 

Une enquête, menée par la gendarmerie, est en cours. Un rapport sur les conditions d'intervention des policiers municipaux sera établi après leur audition devant le parquet cet après-midi. La propriétaire du chien sera également entendue.

Émotion sur les réseaux sociaux 

Les images,  très violentes, ont d'abord été diffusées sur Facebook et sur Twitter en début de soirée. Très rapidement, s'en suit un déferlement de haine à l'égard des policiers municipaux isérois. Une pétition en ligne réclame que des sanctions soient prises contre les policiers concernés : près de 2400 personnes en sont déjà signataires. 
 

Certains internautes touchés par l'épisode malheureux ont lancé un appel aux associations de défense des droits des animaux afin de faire entendre leur voix. 
 
 

 

Sur le même sujet

Drôme : la détresse des arboriculteurs et viticulteurs 

Les + Lus

Aidez-nous à améliorer notre site en répondant en trois minutes à ce questionnaire.

Commencer