En Isère, le maire de Vienne juge “démesurées” les critiques après le prêt d'un portrait de Macron

Le maire de Vienne en Isère, Thierry KOVACS / © Michel THOMAS / MaxPPP
Le maire de Vienne en Isère, Thierry KOVACS / © Michel THOMAS / MaxPPP

Le maire de Vienne (Isère) Thierry Kovacs a jugé "démesurées" lundi 23 septembre 2019 les critiques dont il a fait l'objet après avoir prêté ce week-end un portrait d'Emmanuel Macron à des "gilets jaunes" qui manifestaient dans sa ville.

Par Afp

Le maire de Vienne Thierry Kovacs a vivement réagi ce lundi aux critiques dont il a fait l'objet après avoir prêté ce week-end un portrait d'Emmanuel Macron à des "gilets jaunes" qui manifestaient dans sa ville.

"La République aurait été bafouée à Vienne et j'en serais le coupable", s'est indigné l'élu LR sur sa page Facebook.

"Les mots sont forts, parfois même violents de la part de certains militants du parti présidentiel LREM. Ils sont surtout démesurés par rapport au fait dont il est question", a ajouté ce proche de Laurent Wauquiez, en expliquant avoir répondu à la demande de représentants des "gilets jaunes" et d'organisations pour le climat.
 
"J'ai accepté leur demande en l'assortissant de plusieurs conditions: pas de geste déplacé, obscène, dégradant contre le chef de l'Etat", précise encore le maire, également conseiller régional.

Des militants pour le climat ont pris l'habitude de décrocher le portrait officiel du président de la République pour protester contre son inaction supposée contre le réchauffement de la planète.

Après la candidate LREM aux élections municipales de Vienne qui a accusé M. Kovacs, "au nom de la morale", d'avoir porté atteinte à la République, la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a condamné lundi matin le prêt effectué par le maire.

"Bien sûr, moi ça me choque énormément (...). Les symboles de la République, on leur doit respect", a déclaré Mme Ndiaye sur LCI.

Le portrait d'Emmanuel Macron a été replacé lundi dans la salle du conseil de la mairie.
 

Sur le même sujet

Notre page consacrée à l'affaire Meunier dans le JT du 22 octobre

Les + Lus