Isère : un homme de 21 ans meurt des suites de ses blessures après une rixe, une enquête ouverte pour meurtre

Un homme de 21 ans, laissé pour mort après une rixe, a succombé à ses blessures dans la nuit de dimanche à lundi. Le règlement de comptes sur fond de trafic de stupéfiants n'est pas exclu par les enquêteurs. Le parquet de Vienne appelle d'éventuels témoins à se signaler auprès des enquêteurs.

La victime avait été laissée pour morte par ses agresseurs. Un homme de 21 ans est décédé à l'hôpital des suites de ses blessures après une rixe survenue sur la place de l'Europe à Villefontaine (Isère) vendredi 16 juillet. Sérieusement blessé à la tête, il avait été pris en charge par les secours et transporté au service déchoquage de l'hôpital Edouard-Herriot de Lyon. Le jeune homme y est décédé dans la nuit de dimanche à lundi, indique la procureure de la République de Vienne Audrey Quey, confirmant une information du Dauphiné Libéré.

"La victime souffrait d'un traumatisme crânien et d'un hématome sous-dural après avoir reçu des coups importants à la tête", explique la magistrate qui a ouvert une enquête pour meurtre. La Section de recherches de la gendarmerie de Grenoble est en charge des investigations. Une dizaine de personnes auraient pris part à cette rixe qui a éclaté aux environs de 22h30 vendredi. Aucun suspect n'a, pour l'heure, été appréhendé.

L'enquête s'attache désormais à identifier les auteurs et comprendre les causes de l'agression. Le règlement de comptes sur fond de trafic de stupéfiants "fait partie des pistes à l'étude", confirme Mme Quey, la place de l'Europe étant connue pour être "un point de deal". La victime était par ailleurs connue des services de police et de la justice pour des faits de vols, violences et trafic de drogue. Des méfaits pour lesquels il avait été incarcéré.

Les gendarmes recueillent actuellement les témoignages du voisinage. La procureure de Vienne appelle "d'éventuels témoins à se présenter auprès des services de gendarmerie s'ils disposent d'éléments sur cette affaire."

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société drogue