• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Une stèle en mémoire du génocide arménien profanée à Vienne, en Isère

© Erwann Binet via Twitter
© Erwann Binet via Twitter

Une stèle érigée à Vienne, en Isère, en mémoire des victimes du génocide des Arméniens a été recouverte sur ses deux faces de tags ce samedi 4 novembre 2017. Une profanation condamnée notamment par le conseil de coordination des organisations arméniennes de France.

Par France 3 Alpes avec AFP

Le Conseil de coordination des organisations arméniennes de France (CCAF) a dénoncé "avec la plus grande fermeté la profanation" contre cette stèle et estimé que "les tags insultants" recouvrant ce monument "constituent une nouvelle atteinte à la dignité humaine et à la mémoire des victimes".

"Cette nouvelle agression s'inscrit dans un climat de violence négationniste importée sur le territoire par les autorités turques. Elle se situe dans le prolongement des attaques ignobles et des incitations à la haine propagées par un certain nombre d'individus à leur solde", a également jugé le CCAF, qui "appelle les autorités à la plus grande vigilance contre ces agissements".

Localement, le conseiller départemental de Vienne Erwann Binet a été l’un des premiers à réagir sur les réseaux sociaux. Il s’est dit « choqué et consterné ».

Ce contenu n'est plus disponible



 

Le génocide arménien

Le génocide arménien, dont on a fêté en 2015 le centenaire, s'est déroulé d'avril 1915 à juillet 1916.

Près d'un million d'Arméniens vivant sur le territoire actuel de la Turquie sont morts à la suite de déportations, de famines et de massacres.

Le gouvernement turc refuse toujours de reconnaître le génocide arménien.

A lire aussi

Sur le même sujet

Top 14 : Franck Azéma analyse la défaite de l'ASM en finale contre Toulouse

Les + Lus