Vigilance orange suite à un épisode de pollution dans le bassin grenoblois

Publié le Mis à jour le
Écrit par MF

Un épisode de pollution est en cours sur le bassin grenoblois. La préfecture de l'Isère a mis en place plusieurs mesures visant à réduire les sources d’émissions polluantes. Une vigilance jaune est toujours en cours sur le bassin Lyonnais, la Vallée du Rhône, l'Ardèche et la Haute-Savoie.

Ce mercredi 1er août, la vigilance orange à la pollution est activée sur le bassin grenoblois, a annoncé Atmo, Association Agréée pour la Surveillance de la Qualité de l'Air en Auvergne-Rhône-Alpes.

En effet,  l'organisme explique que "mardi 31 juillet, les concentrations d'ozone ont été élevées sur la majorité du territoire rhônalpin et le seuil d'information a été franchi sur le bassin grenoblois". 

Une situation qui se poursuit ce mercredi et qui ne devrait pas s'améliorer. Selon les prévisions, "jeudi 2 août, les conditions sont propices à une dégradation de la qualité de l'air, en raison notamment du renforcement de l'ensoleillement."
 

Mesures réglementaires en Isère


En réponse à cet épisode de pollution de type estival, la préfecture de l'Isère a activé la procédure d’alerte de niveau pour le bassin d’air grenoblois, impliquant l'entrée en vigueur de plusieurs mesures réglementaires.
 
  •  Dans le secteur du transport (à partir du 2 août à 5h00 du matin)
- Abaissement temporaire de la vitesse de 20 km/h sur tous les axes routiers du bassin d’air lyonnais / Nord-Isère où la vitesse maximale autorisée est habituellement supérieure ou égale à 90 km/h.
- Vitesse maximale limitée à 70 km/h sur l’ensemble du territoire des 49 communes de Grenoble-Alpes Métropole, ainsi que la communauté de communes du Grésivaudan et du Pays voironnais
- Vitesse maximale abaissée à 70 km/h sur :
o    l’A41-Sud entre le péage de Crolles et la commune de Meylan (rond-point de la Carronnerie)
o    l’A48, l’A480 et l’A51 entre les péages de Voreppe et de Vif (péage du Crozet)
- Interdiction des compétitions mécaniques.
 
  • Dans le secteur résidentiel
- Interdiction de l'utilisation des barbecues à combustible solide
- Les travaux d’entretien ou de nettoyage avec des outils non électriques ou avec des produits à base de solvants organiques (white-spirit, peinture, vernis) doivent être reportés à la fin de l’épisode de pollution. 
 
  • Dans le secteur agricole
- Sous réserve de l’application de règles environnementales spéciales, tout fertilisant organique épandu est enfoui en même temps que le chantier d’épandage. Un chantier d’épandage ne pouvant satisfaire à cette condition est reporté à la fin de l’épisode de pollution. 
 
  • Dans le secteur industriel
- Sensibilisation du personnel et vigilance accrue sur le fonctionnement des installations
- Les prescriptions particulières prévues dans les autorisations d’exploitation des ICPE en cas d’alerte à la pollution de niveau 1 sont activées, sans délai, par les exploitants concernés. 
- Toute unité de production équipée de systèmes de dépollution renforcés doit en activer le fonctionnement pendant la durée de l’épisode de pollution. 
- Tout établissement non ICPE émetteur de particules fines, de NOx, ou de COV doit modifier son activité et mettre en œuvre toute mesure appropriée pour réduire ses émissions. Ainsi, les opérations émettrices de COV doivent être reportées à la fin de l’épisode : travaux de maintenance, dégazage d’une installation, chargement ou déchargement de produits émettant des composés organiques volatils en l’absence de dispositif de récupération des vapeurs, etc. De même les opérations émettrices de particules ou d’oxydes d’azote (manipulation des déchets, broyage, transfert de matériaux, etc.) en l’absence de dispositif de traitement adéquat doivent être reportées à la fin de l’épisode.
- L’utilisation de groupes électrogènes, pendant la durée de l’épisode de pollution, n’est autorisée que pour satisfaire l’alimentation électrique d’intérêts essentiels, notamment de sécurité.
- Tout établissement équipé d’installation de combustion pouvant fonctionner avec plusieurs types de combustible devra utiliser le combustible le moins émissif.
- L’usage des engins de manutention thermiques devra être limité au profit des engins électriques pour les établissements équipés des deux types d’engin.
 
  • Dans le secteur des chantiers BTP et carrières
- Toute entreprise dont l’activité sur les chantiers est génératrice de poussières doit la réduire. Le maintien de l’activité est conditionnée à la mise en place de mesures compensatoires efficaces (arrosage, etc.).
- L’utilisation de groupes électrogènes, pendant la durée de l’épisode de pollution, n’est autorisée que pour satisfaire l’alimentation électrique d’intérêts essentiels, notamment de sécurité.
 
  • Mesures relatives aux spectacles pyrotechniques
Les feux d’artifice sont interdits dans le bassin d’air concerné par l’épisode de pollution atmosphérique durant l’épisode de pollution.

Ces mesures entrent en vigueur jusqu'à la fin de l'épisode de pollution. 
 

Vigilance jaune dans l'Ain, l'Ardèche, la Drôme, le Rhône et le Pays de Savoie
 

La vigilance jaune reste activée dans :
  • le bassin lyonnais / Nord-Isère (38-69)
  • le Bassin lémanique (01-74) 
  • l'Ouest Ardèche (07) 
  • la Vallée du Rhône (07-26)
  • la zone urbaine Pays de Savoie (73-74)
Les autorités rappellent qu'"il n’est pas nécessaire de modifier vos activités et vous pouvez continuer d’aérer votre logement. Seules les personnes sensibles et vulnérables sont invitées à limiter les activités physiques intenses et à s’éloigner des zones à forte circulation automobile."

"Aucune mesure réglementaire n’est en vigueur, cependant, chacun est invité à agir pour limiter ses émissions. Par exemple : maîtriser la température des bâtiments à 19°C, utiliser des modes de transport doux, réduire les activités émettrices de poussières et polluants (brûlage, utilisation d’outils non électriques ou de groupes électrogènes...)"