Cet article date de plus de 3 ans

JO 2018. Blessé, Kévin Rolland en finale du halfpipe à Pyeongchang : "mon corps est un puzzle"

Véritable "survivant", Kévin Rolland s'alignera au départ de la finale du halfpipe, tôt ce jeudi matin à Pyeongchang. Malgré deux chutes très violentes à l'entraînement ces derniers jours, le skieur de La Plagne a réussi à se qualifier.
© LOIC VENANCE / AFP.
Tous les observateurs présents à Pyeongchang ces derniers jours ne croyaient pas le miracle possible. Intox ou pas, lui même laissait entendre "qu'il n'accrocherait pas les qualif'". Ce jeudi matin pourtant, dans la nuit en France et en fin de matinée en Corée du sud, Kévin Rolland sera bien là en finale du halfpipe. Malgré les douleurs, à cause de 2 grosses chutes ces derniers jours à l'entraînement, il s'alignera au départ et pourrait accrocher une médaille.

Ce mardi, Kévin Rolland a terminé 6 ème des qualifications en obtenant 87,80 points. Les Américains ont dominé ces qualifications, Aaron Blunck, Alex Ferreira et Torin Yater-Wallace ont décroché les meilleures notes. Un autre Français, Thomas Krief, originaire de Méribel a lui aussi décroché son billet pour la finale.

Kévin Rolland s'est encore fait une grosse frayeur il y 4 jours en chutant lourdement lors d'un entraînement. Une chute qui lui a valu de finir à l'hôpital. "J'ai une contusion des cervicales, une déchirure musculaire du carré fémoral, un muscle du bassin. Ensuite, j'ai des hématomes sur les fesses mais ça on s'en fout" explique t-il.

Il y a deux semaines déjà, le skieur de La Plagne s'était fait une grosse entorse acromio-claviculaire et une grosse contusion à l'épaule. "Mon corps est un puzzle" se désole t-il. Pas de quoi se décourager pourtant, plutôt la satisfaction d'avoir réussi à se qualifier : "Je me sens soulagé, forcément. Quand on est qualifié en finale des JO, on est soulagé ... Je ne m'attendais pas à avoir aussi mal aux entraînements".

Pourquoi se battre et s'infliger de telles souffrances ? "Si ça n'était pas les Jeux olympiques, je serais chez moi tranquillement, avec mon Perrier grenadine, mais là ce sont les Jeux, ça fait quatre ans que je les attends, je suis un compétiteur, il était inconcevable que je loupe cette échéance".


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sport jeux olympiques ski