L. Wauquiez promet un parti neutre pour la primaire des Républicains

Publié le Mis à jour le
Écrit par Philippe Bette

Lauent Wauquiez, nouveau président par interim des Républicains, a garanti la neutralité de son parti à l'occasion de la primaire à droite., dimanche au Touquet  : "Une discipline qu'il s'appliquera à lui -même"..    

Laurent Wauquiez, nouveau président des Républicains après l'entrée en campagne de Nicolas Sarkozy, a promis dimanche au Touquet (Pas-de-Calais) un parti neutre dans la bataille de la primaire à droite, tout en s'en prenant, sans le citer, à Alain Juppé.

"N'oubliez jamais que nous sommes d'abord une famille (...) - L.Wauquiez - 

"Ce n'est pas une compétition, ce n'est pas une lutte. Je veux que chacun expose en positif ce que sont ses idées (...). Cette discipline, je me l'appliquerai à moi-même. Tout le monde connaît 

mon choix, il ne date pas d'hier", a rappelé ce soutien de M. Sarkozy devant le Campus des Jeunes Républicains."Je serai très exigeant sur le fait que notre famille politique ne soit au service d'aucun candidat à la primaire. Notre famille doit rester le lieu du collectif" avec des "positions communes", a promis le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes devant environ 200 partisans, au lendemain d'un discours de Nicolas Sarkozy au même endroit.

"Notre première mission c'est de continuer à nous opposer" a-t-il relevé, promettant un parti "aux avants postes". Il a mis cela en pratique, s'en prenant violemment au "petit président" François Hollande dont il souhaite "se débarrasser" grâce à la présidentielle de mai. M. Hollande a "constamment, année après année, donné honte de ce qu'était la représentation de la France" a affirmé M. Wauquiez.

Positionné parmi les plus radicaux dans son camp, M. Wauquiez a prôné une "alternance totale" en 2017 : "Ce que nous ferons ne devra rien avoir de commun avec tout cequi a été l'exercice du pouvoir des socialistes."Soutien de Nicolas Sarkozy, il a repris longuement les arguments de ce camp pour
s'en prendre, sans le nommer, à Alain Juppé: "On ne rassemble pas sur des faux compromis, on ne rassemble pas en s'excusant d'avoir des idées".

"Certains croient que pour que la droite et le centre puissent s'adresser aux Français, il faut surtout qu'on soit le plus calme possible sur nos idées. Je crois exactement le contraire: les Français ont besoin d'élus qui ont du caractère, des valeurs fortes", a affirmé M. Wauquiez. "Nous ne sommes pas forcément d'accord sur tout, mais il y a besoin d'une colonne vertébrale qui soit nette. (...) Vous ne rassemblez pas les Français sur des demi-discours,
des demi-propositions, des demi-bouts d'idée, mais sur des projets forts en 2017" a-t-il encore soutenu.

M. Wauquiez en a profité pour répéter certains de ses leitmotiv, en particulier contre "l'assistanat" ou le "principe de précaution".