• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

La page du Festival #3 : Le Radeau de la Méduse revisité par Kumulus

Le Radeau de la Méduse revisité par Kumulus / © France 3
Le Radeau de la Méduse revisité par Kumulus / © France 3

Présente au Festival d'Aurillac, la compagnie Kumulus présente sa dernière création : la pièce "Naufrage". Un spectacle décalé qui dénonce les vices de notre Société.

Par Sébastien Kerroux

Présentation du spectacle "Naufrage" par Kumulus


"Sept personnages arrivent sur l’espace scénique en costume de soirée. Ils sont conviés à un cocktail d’inauguration. Ils discutent, se congratulent, se tapent sur l’épaule, boivent et mangent jusqu’à n’en plus pouvoir. Une orgie chorégraphique et sonore où chacun pousse jusqu’au paroxysme les codes de la mondanité, du faux-semblant et du paraître. Les sourires se transforment en grimaces, les corps gonflent, les personnages deviennent des « gros », se griment le visage et le bateau chavire…C’est le naufrage.

Au milieu d’une mer de plastiques, le « septième continent », sur le radeau se tordent des corps révoltés et apeurés. L’aspect insulaire du dispositif scénique accentue l’idée de la perdition d’un monde boursouflé par ses excès. Sur fond de musique expérimentale et d’interventions vocales des personnages, panique-abandon-prière-rituel-peur-espoir-désespoir-au secours-prostré-trouver sa place-équilibre-déséquilibre-joie-hystérie… Ces émotions et ces sensations sont données aux spectateurs installés en cercle autour de la structure
".
Comme le tableau du Radeau de la Méduse, le spectacle présenté par Kumulus est un manifeste politique et social / ©
A travers "Naufrage", le metteur en scène Barthélémy Bompard évoque une "société où à un moment donné, tout pète !". Le metteur en scène de Kumulus a une vision très pessimiste de cette Société : il dénonce la mondanité mais aussi les faux-semblants, les conventions, la consommation, le "gavage" qui selon lui sont à l'origine du "naufrage" de notre société actuelle.

En deuxième partie de spectacle, la compagnie donne sa nouvelle version du Radeau de la méduse (1816). Selon le metteur en scène, ce tableau du XIXe siècle est "une belle métaphore par rapport à ce qui se passe actuellement par rapport à tout ce qui est écologie, religieux, politique".

Un spectacle dérangeant qui se termine sur la dénonciation des naufrages, tristement contemporains ceux-là, des migrants en Méditerranée

Festival d'Aurillac : "Naufrage" par Kumulus
Reportage : Laurent Pastural et Valérie Riffard. Intervenant : Barthélemy Bompard (Metteur en scène)

 

Sur le même sujet

toute l'actu théâtre

Ain : incendie dans un élevage de poules à Rignieux-le-Franc

Les + Lus