Les lacs d'altitude des Alpes sont-ils pollués par des microplastiques ?

L'équipe Plastilac recherche la présence de microplastiques dans les lacs d'altitude des Alpes. / © Marc Lamboley
L'équipe Plastilac recherche la présence de microplastiques dans les lacs d'altitude des Alpes. / © Marc Lamboley

Le projet Plastilac, porté par l'association Aqualti, vise à analyser la pollution des lacs d'altitude par des microplastiques. Deux sites pilotes ont été identifiés dont le lac de la Muzelle en Isère, où des prélèvements ont été effectués le 13 juin. 

Par Aurélia Abdelbost

On aurait tendance à penser qu'en montagne, à plus de 1800 mètres d'altitude, les lacs sont préservés de toute pollution. Et pourtant, Frédéric Gillet et son équipe ont des suspicions toutes autres. Le président de l'association Aqualti participe au projet Plastilac, qui vise à rechercher la présence de microplastiques dans les lacs d'altitude. "Il y a eu beaucoup d'études en mer et très peu en montagne", explique l'ingénieur.

Mercredi 12 et jeudi 13 juin, l'équipe s'est rendue au lac de la Muzelle, à Venosc (Isère), pour réaliser des analyses. Ils ont transporté plus de 200 kilos de matériel dont deux kayaks à 2 100 mètres d'altitude. Des prélèvements notamment réalisés à l'aide de plongeurs et d'un filet aux mailles extrêmement fines.

 

Des "dépôts atmosphériques"

Mais comment ces sites isolés peuvent-ils être contaminés ? "Il ne s'agit pas de rejets de bouteilles ou de sacs en plastiques comme on le voit dans la mer par exemple, mais de dépôts atmosphériques de fibres très fines, quelque chose de plus diffus", précise Frédéric Gillet. Pas de contamination directe donc, mais un transport de fibres sur une longue distance, via le vent par exemple. 

L'ingénieur originaire de la région a plutôt l'habitude de mener des études à l'autre bout du monde, en arctique mais ce projet lui tient à coeur : "c'est un retour aux sources au propre comme au figuré", souligne-t-il. L'objectif est aussi de sensibiliser à la pollution plastique et à sa production "gigantesque". "10 tonnes de plastiques sont fabriquées chaque seconde dans le monde", alerte-t-il.

Le projet est soutenu par le conservatoire d'espaces naturels de Haute-Savoie (ASTERS). Les résultats des analyses des échantillons du lac de Muzelle doivent être connus à la fin de l'année avec l'aide des chercheurs de l’Université Savoie Mont-Blanc et de l’Université Paris Est Créteil. Deux sites pilotes ont été sélectionnés pour cette étude. Après le lac de la Muzelle, le lac d'Anterne à Passy (Haute-Savoie) doit faire l'objet de prélèvements au mois d'août. Selon le résultat de ces premières études, le projet sera élargi aux autres lacs du réseau Lacs sentinelles, regroupant 20 lacs de l'arc alpin.

 

Sur le même sujet

Les + Lus