Le fonds Elliott trouble l'acquisition de Dentressangle par XPO

Alors que le groupe américain XPO logistics annonçait, qu'il reprenait le transporteur Norbert Dentressangle, le fonds d’investissement américain Elliott provoque un rebondissement judiciaro-financier en se portant acquéreur de 9,06 % du capital. 

 

Archives
Archives
Cette opération, réalisée avant la date officielle du 17 juillet (date de clôture de l'offre publique d’achat) bloque XPO logistics car il ne peut désormais plus obtenir le contrôle à 100 % de Norbert Dentressangle!
D'ailleurs, dans un communiqué, le fonds américain Elliott Capital a annoncé avoir obtenu la suspension ponctuelle des opérations d'intégration en cours avec l'américain XPO Logistics qui qualifie cette opération de "stratagème".
En effet, cette manœuvre financière qui a pour but d’obliger l’acquéreur à acheter au prix fort le capital manquant, soit les 9,06% détenu par Elliott Capital Advisors ! Le rachat de Dentressangle par XPO logistics est donc bloqué mais pas nécessairement compromis.

XPO Logistics avait annoncé, en avril dernier, avoir déboursé 3,24 milliards d'euros pour le rachat de la participation de 67% détenue par Norbert Dentressangle, fondateur du groupe français du même nom. L'entreprise américaine avait annoncé dans la foulée la mise en oeuvre d'une offre
publique d'achat visant à récupérer les titres des actionnaires minoritaires, OPA qui se terminait vendredi 17 juillet au soir.
Dans le même temps, le fonds Elliott est parallèlement peu à peu monté au capital de Norbert Dentressangle, et cela jusqu'à 9,06%.

Selon XPO Logistics, le fonds "a acquis sa participation dans Norbert Dentressangle grâce à des moyens déloyaux et en violation des obligations de transparence et de la réglementation des offres publiques".
Elliott, qui est connu pour faire partie des fonds dits "vautours" réclamant, par exemple, à l'Argentine le remboursement de dettes au prix fort, a depuis répété à plusieurs reprises ne pas avoir l'intention d'apporter ses actions à l'OPA. 
Dans un communiqué, le fonds explique: "Elliott pense qu'au prix de l'offre les actions sont sous-évaluées, et ne reflètent pas la valeur actuelle et à venir de la société" "Elliott sera vigilant et exercera l'ensemble des options à sa disposition pour protéger la société et les droits des actionnaires minoritaires", est-il ajouté.

C'est le tribunal de commerce de Paris qui tranchera, jeudi 23 juillet, ce différend entre les deux investisseurs américains.
D’ici là, ce même tribunal a décidé d'interdire à Elliott de vendre à quiconque, en dehors d'XPO, ses titres Dentressangle.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie justice finances