Libération de la “veuve noire”: et si la Justice manquait de moyens à Grenoble

Manuela Gonzalez et son époux
Manuela Gonzalez et son époux

L'histoire est incroyable. Comment une femme condamnée à 30 ans de prison peut-elle se retrouver en liberté pour délai dépassé? Une question en chasse une autre: et si la Justice manquait de moyens à Grenoble? 

Par Céline Aubert avec AFP

Le procureur général de Grenoble demande "des moyens supplémentaires" pour pouvoir juger plus rapidement les affaires criminelles. C'est ce qu'il a fait comprendre, ce mardi 22 septembre, au lendemain de la libération de "la veuve noire de l'Isère" pour non-respect du "délai raisonnable" de jugement.

"Je souhaite qu'on puisse augmenter le nombre de sessions d'assises pour que plus d'affaires soient jugées dans des délais plus rapides. C'est une question d'organisation, tributaire de moyens et d'effectifs", a déclaré Paul Michel. 

"On demande des moyens supplémentaires", notamment en ce qui concerne les magistrats du siège, a-t-il ajouté, en mettant en avant le nombre important d'affaires à juger au regard de la "forte criminalité" sur le ressort de la cour d'appel (Hautes-Alpes, Drôme, Isère).

   >>> Voir l'intégralité de l'interview du procureur général

17 mois d'attente

Manuela Gonzalez, surnommée "la veuve noire de l'Isère", condamnée en avril 2014 à 30 ans de réclusion pour le meurtre de son dernier mari, a été libérée lundi par la cour d'appel de Grenoble, qui a estimé "déraisonnable" son délai de jugement en appel.

Il s'était écoulé 17 mois depuis l'appel, sans qu'aucune date ne soit fixée pour le nouveau procès, qui ne devrait pas intervenir avant la mi-2016. Mme Gonzalez était en détention provisoire depuis 5 ans et demi.

Reportage Damien Borrely et Dominique Bourget
Réactions après la libération de Manuela Gonzalez
Intervenants : Me Ronald Gallo, Avocat de Manuela Gonzalez; Me François Leclerc, Avocat des parties civiles; Me Camille Gaillard-Minier, Avocate des parties civiles; Paul Michel, Procureur général de Grenoble

Sous contrôle judiciaire

La cour d'appel de Grenoble a ordonné le placement de l'accusée sous contrôle judiciaire: il lui est interdit de sortir du territoire national, de rencontrer les victimes et elle doit pointer une fois par semaine à la gendarmerie.

Le parquet général s'était opposé à sa libération au regard "de la gravité exceptionnelle des faits" et du "risque de fuite" a rappelé M. Michel, qui étudie un éventuel pourvoi en cassation.

La quinquagénaire avait été condamnée à 30 ans de réclusion criminelle pour l'assassinat de son dernier mari, Daniel Cano, en octobre 2008, dans des conditions rappelant étrangement l'intoxication de quatre autres de ses compagnons.

Mme Gonzalez doit être jugée en appel devant la cour d'assises de la Drôme. Or cette juridiction est désormais présidée par le président du premier procès d'assises, qui n'a pas le droit de juger en appel. Il faut donc trouver un nouveau magistrat pour le remplacer.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus