Ligne Lyon-Turin : 63 élus demandent à Emmanuel Macron de passer à la vitesse supérieure

© JEAN-PIERRE CLATOT / AFP
© JEAN-PIERRE CLATOT / AFP

63 élus ont signé une lettre ouverte pour demander au Président de la République d'accélérer le calendrier des travaux côté français. Cette mobilisation arrive quelques jours après les déclarations du mouvement Cinq étoiles, de l'autre côté des Alpes, qui avait douté de l'utilité de l'ouvrage.

Par FT

C'est une lettre ouverte qui sonne comme un appel à l'aide... et à une volonté politique forte. 63 élus territoriaux, dont des députés, des sénateurs, des présidents de régions et de départements, des députés européens ont écrit une lettre à Emmanuel Macron pour lui demander d'accélérer le calendrier des travaux de la ligne Lyon-Turin côté français.

Les élus, tous issus de la région Auvergne-Rhône-Alpes, craignent en effet "un report au-delà de 2038 de l'aménagement des voies d'accès depuis Lyon jusqu'au tunnel transfrontalier dont la mise en service est prévue pour 2030." 



"La liaison Lyon-Turin a été conçue comme un tout cohérent, composé du tunnel mais également de la liaison entre Lyon et le tunnel", expliquent-ils. Un retard sur l'aménagement de la liaison entre Lyon et le tunnel mettrait en danger la totalité du projet, selon eux.



Les signataires, parmi lesquels Laurent Wauquiez ou Hervé Gaymard, demandent l'arbitrage du chef de l'Etat pour que la future loi d'orientation des Mobilités "réaffirme clairement la volonté de l'Etat de coordonner les calendriers du tunnel international et de ses accès français".



Pour débloquer le dossier, les signataires affirment qu'il est possible de diviser par deux le coût des accès à l'ouvrage, en ne retenant "que les infrastructures essentielles à l'exploitation du tunnel transfrontalier lors de sa mise en service".

La ministre des Transports Elisabeth Borne avait affirmé que le gouvernement souhaitait faire "une pause" dans le projet ferroviaire Lyon-Turin dans une interview à Reporterre en juillet 2017.

Emmanuel Macron avait quant à lui réaffirmé lors du 34e sommet franco-italien en septembre dernier l'engagement de la France dans le projet

Un ouvrage remis en cause en Italie 


Cette lettre ouverte est aussi la marque d'une certaine inquiétude sur l'avenir du projet, après les récentes déclarations du mouvement Cinq étoiles en Italie. Le parti populiste, qui s'apprête à former une coalition pour gouverner a remis en cause l'utilité de ce projet pharaonique qui rencontre aussi une certaines opposition côté français.
 



Plusieurs milliers de personnes, dont des militants du Mouvement Cinq Etoiles, ont manifesté ce samedi dans la Vallée de Suze (Alpes italiennes) contre ce projet d'un coût de 8,6 milliards d'euros et financé à environ 40% par l'UE.

A lire aussi

Sur le même sujet

Dans l'Allier, un ancien policier crée un refuge pour les ânes

Les + Lus