Connaissez-vous le tri du bétail à cheval, une équitation ludique et technique venue des États-Unis

On a tous en tête des scènes de western où les cow-boys dirigent le troupeau. Une discipline est née de cette activité. Elle se nomme le tri du bétail à cheval. Pour corser l'affaire, les vaches sont numérotées et doivent entrer dans l'ordre dans l'enclos.

Rapidité, dextérité et réactivité, tout se joue en moins d'une minute 30. Le tri du bétail à cheval exige une communion entre le cavalier et sa monture. Cette discipline, venue des États-Unis, séduit de plus en plus. Exemple dans la Loire.

Une bonne entente

Les cavaliers trient le bétail à la manière des cow-boys. Ils doivent faire passer les bêtes l'une après l'autre de l'autre côté de l'enclos, mais attention, ils doivent respecter un ordre précis. Chaque bête a son numéro et doit être poussée au bon moment. La moindre erreur peut leur faire perdre la partie.

On dirige au pied pour le cheval et à la voix pour les vaches. Moi, je crie beaucoup et ça fonctionne.

Lisane Koole

Cavalière

Les équipes sont constituées de deux cavaliers. "Pour le cheval (qui lui ne sait pas compter...) c'est assez compliqué de comprendre qu'il faut laisser passer une vache, mais pas l'autre. C'est assez technique" explique Lisane Koole, une cavalière. "Il faut une bonne coopération avec son cheval et avec son coéquipier" ajoute Eric Pretot. Les cavaliers peuvent jouer deux rôles, ils alternent. Un est à la porte et veille à ne pas faire entrer la mauvaise vache, l'autre se positionne en rabatteur.

Une discipline en devenir

Cette équitation, à la fois technique et ludique, vient tout droit des États-Unis. Du code vestimentaire au matériel de monte en passant par la race des chevaux. Une discipline spectaculaire, mais encore confidentielle.
S'il existe une dizaine de concours chaque année, ils ne sont que 500 pratiquants en France. Pourtant, cette équitation se veut accessible. "C'est une discipline qui est en train d'évoluer. On a de plus en plus de monde qui se met à pratiquer" Pauline Peyrache, cavalière et monitrice Élevage du Culty est confiante. "Une fois que les chevaux sont habitués aux vaches, tout le monde peut pratiquer la discipline sans problème".

Dans la Loire, un seul élevage pratique le tri du bétail à cheval, une spécificité qui en fait le seul repère de cow-boys à des kilomètres à la ronde.