Cet article date de plus de 5 ans

Loire - Grève dans l'usine française du nouveau géant mondial du café

La majorité des salariés du fabricant de café Jacobs Douwe Egberts (JDE), à Andrézieux-Bouthéon, étaient en grève pour le 5ème jour consécutif lundi 9 novembre, dans le cadre d'une réorganisation de leur temps de travail, a-t-on appris de source syndicale.
Au coeur de ce mouvement de grève : la réorganisation du temps de travail voulue par la direction. Elle prévoit un roulement sur trois semaines plutôt que sur cinq. 

"On ne refuse pas la réorganisation du temps de travail qui est annoncée pour rationaliser le taux d'occupation de l'outil industriel dans le cadre d'un passage aux 3X8, à condition d'obtenir un accompagnement salarial et sous forme de primes", a déclaré lundi Jérôme Stravinos, délégué syndical CFDT, qui soutient le mouvement de grève engagé jeudi.

Le site d'Andrézieux-Bouthéon, dans la région stéphanoise, une de 24 usines du nouveau groupe JDE, qui pèse 5 milliards d'euros de chiffre d'affaires. C'est son unique unité de production de l'Hexagone. Cette usine qui emploie 250 personnes, dont une cinquantaine d'intérimaires, est présentée comme son "centre d'excellence" pour la fabrication de capsules compatibles Nespresso.

Le reportage 

durée de la vidéo: 01 min 43
Grève chez JDE, à Andrézieux-Bouthéon (Loire) ©France 3 Loire
Intervenants 
1 - Jérôme Stravianos - Délégué syndical CFDT
2 - Khalid M'Hamdi - Délégué du personnel CFDT


JDE, qui possède notamment la marque L'Or, est né au printemps du néerlandais J.E. Master Blenders et des activités café de l'américain Mondelez. Selon le cabinet spécialisé Euromonitor, JDE s'est hissé au deuxième rang mondial du café, avec plus de 16% de parts de marché, contre 23% pour Nestlé.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mouvement social économie social entreprises