Loire. Les rallyes amateurs préparés puis annulés, c'est la soupe à la grimace

Les rallyes n’accueillant pas de pilotes professionnels sont annulés. Les associations organisatrices ont quand même dû déposer leur dossier comme si de rien n'était il y a trois mois et renoncé à un mois de l'épreuve.

Les rallyes amateurs sont annulés en raison de la crise sanitaire lié à la covid 19
Les rallyes amateurs sont annulés en raison de la crise sanitaire lié à la covid 19 © FREDERIC CHAMBERT / MaxPPP

Le décret du ministère des sports daté du 29 octobre 2020 a interdit tout événement de sport amateur. Seuls les rallyes du championnat de France de première et deuxième divisions et championnat junior sont maintenus. Or au niveau préfectoral, le dépôt des dossiers a été maintenu avec une antériorité de 3 mois et la préfecture a eu l’obligation d’instruire les dossiers malgré l’interdiction. La décision finale tombe un mois avant l’épreuve explique dépité Gérard Maurin, président de l’association Sport Auto Loire. «On m’a caché l’éventualité d’une annulation de mon épreuve […] c’est mon regret».
Il est sûr que, connaissant ces éléments au moment du dépôt de dossier, il aurait agi autrement et n’aurait peut-être pas engagé tous les frais inhérents à l’organisation du rallye, sachant que cet argent serait perdu en cas d’annulation.
Par exemple, l’affiche et le dossier du rallye (96 pages) ont dû être imprimés, la signalétique fabriquée, les masques et lingettes achetés. Toutes les inscriptions à la fédération, payées. Cet argent-là n’est plus dans les caisses, il est perdu. «J’avais quand même un doute et j’ai fait un copier-coller de l’édition 2020 pour éviter les surcoûts. Créer une nouvelle spéciale coûte 20 000 euros. J'y ai renoncé pour cette 32e édition. Ce n’est pas top sportivement mais c’était essentiel».

Des pertes économiques et le risque de la démotivation

Les annulations des rallyes c’est aussi du manque à gagner pour les hôtels restaurants de la région. Par exemple, le rallye du Gier représente 2000 repas et 1500 nuitées sur une semaine. Les annulations pénalisent également les associations des communes traversées qui organisaient une buvette pour financer leurs activités annuelles. Sans parler des bénévoles qui sont frustrés et démotivés constate Louis Jean Villard, président de l’Association Sportive Automobile du Forez, qui a vécu l’annulation du rallye régional baldomérien. «Ça démotive. S’il n’y a plus la petite étincelle d’accomplir ça pour les autres, vous ne le faites plus. Le modèle des sports mécaniques en France c’est 10% de professionnels et 90 % d’officiels et de bénévoles». La récurrence des annulations risque de les démotiver et donc de condamner les épreuves. «C’est la double peine, non seulement vous avez démotivé les gens mais en plus vous avez perdu de l’argent». Les équipes nous ont assuré s'accrocher et restent quand même très motivées pour organiser tous les rallyes qui seront maintenus dans le Forez.

durée de la vidéo: 02 min 16
Les rallyes automobiles amateurs annulés en raison de la covid

Deux poids, deux mesures

David Salanon, pilote, vainqueur du rallye des pays du Gier reste circonspect sur les raisons de l’annulation des rallyes amateurs comme c'est le cas pour les 2 rallyes ligériens. «J’ai du mal à comprendre que certains sports comme le football ou la course automobile soient autorisés au niveau professionnel et pas amateur. Les risques sont les mêmes. Il faut vivre avec ce virus […] Les gens en ont ras la casquette». Privé d’épreuves où il peut récolter des points pour le championnat de France, il a du mal à trouver des sponsors. «On va dans les grandes gares ou dans le métro, les gens sont les uns sur les autres et on interdit un sport où il y a une distanciation qui est importante. Moi je n’arrive pas à comprendre […] Il y deux poids et deux mesures». Il estime à 30 voire 40% de perte sur son budget et déplore n'avoir aucune visibilité sur la saison jusqu’à la finale de la coupe de France à Châteauroux en octobre 2021.
En 2020, une soixantaine de rallyes qualificatifs a été annulée en France.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
rallye sport auto-moto covid-19 santé société