Loire : le meurtrier présumé de son épouse se suicide à la gendarmerie de Roanne

Un homme de 70 ans, meurtrier présumé de sa femme jeudi 14 février à Juré près de Roanne dans la Loire, s'est donné la mort dans une cellule de garde à vue. Le procureur de Roanne, qui confirme l'information, a  saisi l'inspection générale de la gendarmerie nationale.

L'homme de 70 ans, qui avait avoué jeudi 14 février avoir tué avec préméditation son épouse à Juré près de Roanne dans la Loire, s'est suicidé dans  les locaux de la gendarmerie de Roanne. Selon le procureur de Roanne, Abdelkrim Grini, qui confirme l'information, le suicide se serait produit dans la nuit de jeudi à vendredi. L'homme se serait étouffé dans la cellule où il avait été placé en garde à vue, à l'aide d'une couverture. Il avait pourtant averti de son intention de se donner la mort. Défaut de surveillance? Le procureur a saisi l'Inspection Générale de la Gendarmerie Nationale , l'IGGN, pour faire toute la lumière sur cette affaire. Les gendarmes de l'IGGN sont déjà sur place.

C'est semble-t-il un drame de la séparation qui est à l'origine des coups de feu mortels. Le meurtrier, qui a avoué son geste et appelé lui-même les gendarmes, attendaient son épouse avec un fusil de chasse. Il n'avait pas supporté qu'elle le quitte deux jours plus tôt.