Loire : vers un contrat de 224 millions d'euros entre Nexter et la République Tchèque

Le groupe d'armement français Nexter a été retenu par le ministère de la défense tchèque, pour son programme d'équipement de camions avec 52 canons français. Si le contrat venait à être signé, le site de Roanne, dans la Loire, pourrait être fortement sollicité. 

© Y.Kusy (.3 Rhône-Alpes)

"Nous n'en sommes encore qu'au stade des négociations" mesure le groupe encore prudent face à l'annonce du ministère de la défense tchèque. Ce dernier a récemment montré son intérêt pour l'offre de l'industriel français Nexter, en vue de l'équipement de ses camions avec pas moins de 52 canons automoteurs Caesar.

224 millions d'euros à la clé

L'annonce est reçue comme une bonne nouvelle au sein du groupe d'armement. "Les Tchèques ont montré qu'ils étaient favorables pour l'achat de matériel français, même si pour l'heure, rien n'est encore signé. Le montant indiqué est le budget dont dispose la République Tchèque pour son programme d'armement" répond Nexter. 

Un montant qui s'élèverait à 6 milliards de couronnes, soit 224 millions d'euros si le contrat venait à être signé entre les deux parties.

Le ministère tchèque pourrait donc confier à Nexter, la tâche d'équiper ses camions Tatra, de technologie tchèque, très connue en Europe centrale, à l'aide de canons automoteurs Caesar, eux-mêmes fabriqués par Nexter à Bourges. Les canons seraient ensuite assemblés aux Tatras sur le site de Roanne, au nord de la Loire. 

Une partie de l'enveloppe budgétaire serait remise à Tatra, le fabricant tchèque de camions, qui fournirait les chassis des véhicules. Ce prix comprendrait l'après-vente, la formation des servants de pièces d'artillerie tchèques, le programme de munitions. 

Ces canons Caesar, sur le marché depuis 2008 ont déjà séduit 5 pays tels que l'Indonésie, la Thaïlande, le Danemark, le Maroc ou encore l'Arabie Saoudite, ainsi que l'armée française. 

Le site de Roanne concerné

Si le contrat était finalement signé avec Prague, le site de Roanne serait donc impliqué dans ce projet : y serait donc réalisés l'assemblage, mais aussi l'installation électrique, le calibrage des canons. Le site ligérien travaille déjà sur ce type de chantier. Il participe en ce moment au programme Scorpion, qui consiste à remplacer tous les véhicules français de l'armée de terre. Un recrutement important y a été réalisé. La commande tchèque pourrait faire venir plus de monde, mais "pas sûr qu'il y ait une vague de recrutement spécifique sur ce marché" précise l'industriel. 

Du côté de la CGT, "ce contrat est une grande nouvelle en termes d'image et de charge, c'est très intéressant, reconnaît Régis Dupuy, délégué syndical de Nexter. Il s'agirait du 2e contrat pour le Caesar 8-8, après le Danemark, donc deux pays européens. Avec la signature de ce contrat, la charge pourrait arriver à l'horizon 2021, ce qui laisserait le temps de récupérer le retard accumulé à cause de la crise du Covid".

Nexter avait répondu à un début d'appel d'offre du ministère tchèque. La solution semble lui avoir plu, Nexter proposait alors la solution la moins coûteuse des 8 concurrents. "Nous négocions encore, souligne Nexter. Nous sommes en concurrence avec des firmes slovaque et sud-africaine. On ne crie pas haut et fort qu'on a gagné. Le plus dur reste à venir". L'industriel français a bon espoir de pouvoir signer un contrat avec la République Tchèque, avant la fin de l'année 2020. 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
industrie économie