Nourrir les chats errants ou les pigeons à Roanne, pourrait vous coûter cher

La ville de Roanne a décidé de sévir. Les personnes qui nourrissent chats et pigeons, ou tout autre animal errant s'exposent à une amende de 450 euros. Si la municipalité a décidé de frapper fort, c'est parce que les plaintes se seraient multipliées ces derniers mois. Qu'en pensent les Roannais ?

"Donner à bouffer à des pigeons idiots" comme chantait Renaud, n’est plus possible à Roanne sous peine d’une amende pouvant aller jusqu’à 450 euros. Une mesure mise en place à la suite de plaintes quotidiennes concernant la prolifération des pigeons. 

Problème de salubrité

"On avait régulièrement, à Roanne, des plaintes remontées par des riverains, excédés de voir des pigeons nicher dans leur cour intérieure. C'était notamment le car parce qu'il y avait un nourrisseur à proximité," explique Romain Bost, conseiller municipal en charge du bien-être animal, de la nature en ville et des forêts communales de Roanne. 

"On avait une prolifération de pigeons et une prolifération de fientes. Des gens se retrouvaient avec des balcons couverts d'excréments. Il y avait donc des problématiques de salubrité publique". Outre les excréments, les restes de nourriture donnés aux pigeons, comme les graines et les miettes de pain, sont susceptibles d'attirer les rongeurs.
Le conseiller municipal rappelle également que le nourrissage est déjà interdit par le Règlement Sanitaire Départemental (RSD) mais "on a décidé de communiquer plus largement auprès de la population pour que ces agissements cessent".

Contravention salée

Interdiction de nourrir les pigeons sous peine d'amende. Que pensent les Roannais de cette nouvelle verbalisation ? "La place de la mairie et la place du marché, c'est infecté. C'est vrai qu'il fallait faire quelque chose," explique un habitant. Un autre est dubitatif : "la personne qui va donner à manger aux pigeons, c'est la petite mamie ou le papy. Ça va encore toucher ceux qui ont des difficultés financières".

Et le prix de la contravention ? "C'est vrai, c'est un peu cher. Mais tout le monde sait qu'il ne faut pas leur donner à manger. Il faut qu'ils aillent se nourrir dans la campagne ou dans les arbres", déclare une habitante en haussant les épaules.  

Jusqu'à 450 euros, le montant de l'amende est élevé. "On n'a pas le choix, quand on met des petites amendes, ça ne marche pas !", souligne Romain Bost qui rappelle que c'est un montant "prévu par la loi".  

Et les chats errants…

À Roanne, les chats errants ont également mauvaise presse. Les riverains sont invités à ne pas les nourrir. Ils risquent, eux aussi, une contravention pouvant aller jusqu'à 450 euros. Pour continuer à leur donner à manger, huit abris ont été installés sur le territoire de la ville. "Les habitants peuvent toujours nourrir légalement les chats de la ville en utilisant l'un des huit abris à chats prévus à cet effet", explique la municipalité sur sa page Facebook. Pas d'autorisation en dehors de ces abris. Pour les pigeons, le nourrissage est interdit "partout".

L'objectif : permettre d'identifier les félins sans propriétaires et à terme les stériliser pour éviter la prolifération. Un couple de chats peut donner jusqu'à 20 000 descendants en 4 ans, rappelle Romain Bost.

"On a des éjections de chats errants dans les jardins ou sur la voie publique, on veut éviter tous ces problèmes. Il y a même des personnes qui peuvent avoir peur des chats", explique Coraline Monier, coordinatrice "animal de la ville". 

Mais gare à ne pas confondre les chats errants, des chats dits "libres". Ces derniers, animaux domestiques sont identifiés et circulent librement.

Pour garantir la bonne application de cette décision, la municipalité a nommé une référente animale. Assermentée à terme, elle pourra verbaliser. La mairie réalise également plusieurs actions de sensibilisation pour expliquer sa démarche.