Dans le secteur du Roannais, Le Coteau a été dévasté par la grêle : la commune panse ses plaies

Publié le Mis à jour le

Le Roannais a été particulièrement touché dans la soirée de mercredi par des orages de grêle. La commune du Coteau a enregistré de nombreux dégâts. La maire du Coteau a demandé la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle. Ce vendredi 24 juin, à la mi-journée, des opérations de bâchage des toitures étaient toujours en attente.

"Les grêlons étaient gros comme des balles de golf", a relaté la mairie du Coteau jeudi, au lendemain de l'orage qui a frappé le Roannais. Mercredi en fin de journée, les pluies étaient accompagnées de chute de grêle. Les intempéries n'ont pas fait de victime mais les dégâts matériels chez les particuliers et dans les entreprises sont sérieux. La petite commune de 7000 habitants a été l'une des plus touchées du secteur par ce violent épisode orageux. Toitures, voitures et vitres n'ont pas résisté. Plusieurs centaines de toitures ont été endommagées suite à cet épisode de grêle hors norme. Les Costellois sont encore surpris et sous le choc. Aujourd'hui Le Coteau panse ses plaies. Mais ce vendredi 24 juin, à la mi-journée, 350 interventions étaient toujours en attente, essentiellement des opérations de bâchage de toitures.

"On se sent impuissant, en l'espace de peu de temps, on se retrouve sans rien. On est démuni", a déclaré une Costelloise qui a vu la toiture de son habitation détruite. "On espère que ça va passer en catastrophe naturelle pour que l'Etat et les assurances puissent prendre en charge correctement", a-t-elle ajouté.

Particuliers : gare aux arnaques

Dès jeudi, la maire du Coteau a demandé la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle. Et sur les réseaux sociaux, la municipalité a invité les habitants à se manifester auprès de leurs assurances. 

La mairie a également tiré la sonnette d'alarme et appelé les sinistrés à la plus grande vigilance : "Certains tentent de profiter de la situation en proposant d’intervenir sur les toitures sans devis préalable. De nombreuses tentatives d’escroqueries nous sont déjà rapportées. Exigez un devis écrit avant tous travaux," a écrit la mairie du Coteau sur sa page Facebook.

Le Coteau, commune sinistrée ... en 25 minutes 

La petite ville du Coteau a été déclarée en zone sinistrée. L'épisode météo a duré moins d'une demi-heure mais les dégâts sont importants. Depuis cet orage dévastateur, les services techniques ont été mobilisés pour des opérations de sécurisation d'urgence des bâtiments et de la voirie. Une école a été fermée par sécurité, à cause des plafonds gorgés d'eau qui menacent de s'écrouler; une autre a été inondée. Au gymnase, le matériel est hors d'usage. 

Jeudi, la maire de la ville Sandra Creuzet est allée à la rencontre de ses administrés sinistrés. Elle s'est notamment rendue dans le quartier des Plaines pour constater les dégâts. "C'est spectaculaire, je ne souhaite à personne de le vivre !" a déclaré la maire du Coteau au lendemain du sinistre.

De nombreuses toitures ont été sérieusement abîmées par les grêlons. Ce jeudi, pompiers et couvreurs étaient encore débordés alors que la pluie était annoncée. Dans la soirée, des centaines de foyers étaient encore en attente tant le nombre de demandes d'intervention était important. Les secours de la Loire ont demandé du renfort et du matériel de bâchage auprès de toutes les entreprises, "jusqu'à Lyon" pour récupérer du matériel de protection.

Une quinzaine d'entreprises victimes de la grêle

Sur le secteur, un quinzaine d'entreprises ont été touchées par l'épisode orageux de mercredi. Parmi les entreprises concernées : Revillon, célèbre fabricant de papillotes. Quelque 2 500 m² de toiture de l'usine de chocolat du Coteau ont été "détériorés", selon les sapeurs-pompiers.

Autre exemple d'entreprise victime des intempéries :  Diva Salon, fabricant de canapés. Dans cette entreprise tout est aujourd'hui à l'arrêt. Les machines et les fournitures ont été placées sous des bâches de protection. L'entreprise a subi d'importants dégâts : la toiture a été trouée par les grêlons. Conséquences : de la pluie et des infiltrations. Les employés se sont mobilisés pour protéger les marchandises en attente d'être livrées.