A Saint-Etienne, quatre proxénètes interpellés après avoir forcé deux mineures de moins de 15 ans à se prostituer

Des faits inédits dans la Loire. Deux jeunes filles de moins de 15 ans ont été prostituées de force par un réseau dans deux appartements sordides situés à Saint-Etienne. L'enquête a permis des interpellations. Les clients de ce réseau sont recherchés. 

Quatre adultes originaires de Saint-Etienne ont été arrêtés vendredi 5 mars pour avoir forcé deux jeunes filles mineures à se prostituer. Les jeunes victimes, âgées de 13 et 14 ans, en fugue d'un foyer, étaient sous l'emprise d'un réseau stéphanois depuis environ deux mois. Ce dernier était composé d'une mère et sa fille -agée de 20 ans-ainsi que d'une autre jeune fille du même âge et d'un ami de la famille.

Selon le commissaire Frédéric Gonon, chef de la sureté départementale de la Loire, l'enquête a été ouverte suite à un appel anonyme suggérant aux policiers de s'intéresser à deux appartements situés dans les quartiers de la Terrasse et Villeboeuf à Saint-Étienne. "Nous avons immédiatement ouvert une enquête, et mis en place une surveillance technique et physique. Cela a permis de corroborer les faits, et d'effectuer l'enquête assez rapidement. Les signalements ont eu lieu en début d'année et les interpellations quelques semaines plus tard." raconte-t-il.


Après seulement deux semaines d'enquête, la police a dû intervenir précipitamment, en fin de semaine dernière, car une des jeunes mineures qui se prostituait était menacée par un de ses bourreaux. "Les écoutes démontraient en effet que l'une d'entre elles avait envie de quitter cet hébergement, dans lequel elle était contrainte à se prostituer, et que, visiblement, celle qui bénéficiait de cette prostitution voulait la récupérer, y compris en la menaçant." précise le procureur de la République près le Tribunal judiciaire de St-Etienne David Charmatz. " Il fallait donc intervenir très vite pour éviter que les faits ne soient encore plus graves."

Jusqu'à une vingtaine de passes par jour

Malgré ces arrestations,  l'enquête n'est pas terminée, les faits étant particulièrement graves. A partir d'annonces sur internet, les suspects recevaient jusqu'à 1000 appels par jour. Les deux mineures étaient contraintes à se prostituer jusqu'à 20 fois par jour. Le tarif des passes variant de 50 à 150 euros. La police a retrouvé 3500 euros dans l'un des appartements utilisés. Les deux jeunes victimes, passées de foyer en foyer, sont visiblement psychologiquement fragiles. La police a indiqué que les clients de ces prostituées mineures seront également recherchés.  Ils risquent jusqu'à 7 ans de réclusion criminelle. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société