Coronavirus. Pour ou contre la réouverture des écoles, un sondage lancé par plusieurs maires de la Loire

Faut-il ouvrir les écoles avant septembre ? C'est la question posée par les maires de Saint-Etienne et Rive-de-Gier à leurs administrés. En date du 27 avril, le sondage remporte une majorité de non. Avec ce sondage, les élus ne veulent pas "être pris de court" lors du déconfinement du 11 mai 2020.

Un retour à l'école est envisagée à partir du 11 mai 2020 pour les élèves de maternelle et élémentaire. Coronavirus et déconfinement.
Un retour à l'école est envisagée à partir du 11 mai 2020 pour les élèves de maternelle et élémentaire. Coronavirus et déconfinement. © MaxPPP
En l'espace de quelques heures, le sondage lancé par le maire de Rive-de-Gier a recueilli près de 250 réponses. Faut-il ouvrir les écoles avant septembre ? La réponse est non pour 85% des personnes ayant participé à cette consultation ce lundi 27 avril 2020

Même tendance à Saint-Etienne, où le maire LR, Gaël Perdriau a également lancé la veille cette consultation. Sur les 1495 votes affichés, 87% sont défavorables à la réouverture des écoles dès le 11 mai, date du début de déconfinement, qui pourrait sonner le retour en classe des élèves du primaire.
 

C'est un sondage pour prendre le pouls de nos concitoyens et ne pas être pris de court sur le nombre potentiel d'enfants qui retourneront à l'école. (J.C Charvin)
 

Pour le maire divers droite de Rive-de-Gier, ce sondage ne signifie pas que la commune va s'opposer à la réouverture des écoles, comme envisagé par le gouvernement, à compter du 11 mai. Jean-Claude Charvin explique que l'objectif "c'est de savoir ou du moins de se faire une petite idée du nombre d'élèves qui seront face à nous".

  

Les collectivités veulent s'organiser


En attendant plus de détails de la part du Premier ministre, Edouard Philippe, sur le plan de déconfinement le gouvernement envisage de laisser libre choix aux parents de renvoyer leurs enfants à l'école.
La commune de Rive-de-Gier compte sept groupes scolaires, et 1400 à 1500 élèves. Mais combien d'enfants vont effectivement reprendre le chemin de l'école le 11 mai, c'est toute la question pour Jean-Claude Charvin.
Avec ce sondage, le maire ligérien espère obtenir une tendance pour s'organiser. "Est-ce qu'il va falloir mobiliser l'ensemble du personnel municipal affecté au scolaire ? Va-t-il falloir dispatcher d'un établissement à un autre ? Entre 10 et 60 enfants à prendre en charge, ce n'est pas la même chose..."s'interroge l'élu.
 

Même questionnement au sein de l'association des maires ruraux de France


Marie-Jeanne Béguet est également dans l'attente des annonces du gouvernement sur le plan de déconfinement. La vice-présidente de l'association des maires ruraux de France déclare "ce dont nous avons besoin, ce sont des règles précises. Et qu'on nous laisse la liberté de les mettre en oeuvre car d'une commune à une autre, la situation n'est pas la même."

Quelles barrières sanitaires ? Assurer des activités péri-scolaires ? Combien d'enfants par classe ? Toutes ces questions restent en suspens ce lundi 27 avril 2020. Marie-Jeanne Béguet souhaite une réflexion d'ensemble, et attend "plus de netteté sur l'obligation scolaire."

Si les parents ne sont pas obligés de renvoyer leurs enfants à l'école, si la rentrée est échelonnée selon les âges. Le 11 mai, quand la majorité des parents vont retourner travailler, comment vont-ils faire si seuls les petits peuvent reprendre l'école, et pas les collégiens ?


De Civrieux dans l'Ain à Rive-de-Gier dans la Loire, nombreux sont les élus qui attendent des annonces claires du Premier ministre. Edouard Philippe détaillera devant l'Assemblée "la stratégie nationale du plan de déconfinement" mardi 28 avril 2020, à 15 heures.

 





 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société coronavirus santé
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter