Des logements vacants détruits pour faire chuter la température à Montbrison

durée de la vidéo : 00h01mn30s
Des ilots de fraicheur dans le centre ville de Montbrison ©FTV

Basés sur la végétalisation, les matériaux ou la présence de l'eau, les îlots de fraîcheur répondent à des enjeux primordiaux dans la lutte face au réchauffement climatique. Dans la Loire, Montbrison prépare sa transition et aménage le centre-ville.

De la verdure à la place du béton ! La municipalité de Montbrison va végétaliser une partie de son centre-ville. Confrontée à des températures élevées, comme nombre de communes, elle a opté pour le retour du végétal. Après un été caniculaire flirtant avec les 40 degrés, l’idée est bien accueillie par les riverains.

Une cartographie précise des îlots de chaleur

Une étude S'Green+* a cartographié la ville et identifié les points chauds en fonction des moments de la journée. Cela représente 36 % de la superficie du centre-ville pour Montbrison. 44 % du territoire est classé en zone intermédiaire. Des logements étaient vacants sur ces zones, la municipalité a choisi de les détruire pour créer des îlots de fraîcheur.

Tout ce qui est rouge sur la carte, ce sont les points particulièrement chauds. La mairie a opté pour la création de lieux de fraîcheur agréables, équipés en mobilier moderne, sous le couvert d’arbres, et sur un sol semi-perméable et clair" explique Christophe Bazile, maire divers droite.

Séduire pour garder des habitants en centre-ville

L’idée, c'est de créer des jardins et de ponctuer le centre-ville avec un cadre plus agréable que le béton. C'est comme ça qu'on pense faire revenir les gens et réhabiliter le centre-ville.

Christophe Bazile

maire DVD de Montbrison

Ainsi, le foyer des jeunes travailleurs situé en zone rouge (déjà transféré dans des locaux plus agréables) va être démoli et remplacé par un jardin et des arbres. La rue et le parking vont être désimperméabilisés. C'est un pari sur l'avenir. La population vieillit, il est important pour la municipalité de rester attractive pour garder des habitants en centre-ville. "On a un équilibre à trouver entre la densification, car la population augmente, et l'espace "climatisé" qu'on peut trouver" explique Christophe Bazille.

Un voisin est partagé. Jean-Marc valide l'îlot de fraîcheur, mais craint d'être gêné par le bruit dû à la fréquentation du site, surtout en soirée. Julien est, lui aussi, favorable au projet. Il souffre de la chaleur l'été et espère plus de clarté dans son logement.

Ce premier projet d'un montant de 800 000 euros sera livré courant 2025. Trois autres lieux de fraîcheur devraient voir le jour : dans une cour d’école, un cimetière et des rues du centre-ville de Montbrison. Il est également prévu de ne plus désherber les trottoirs, voire d'y planter de l'herbe afin, toujours, de réduire les températures.

* S’GREEN+  permet à 25 villes du programme Action cœur de ville de bénéficier d’un soutien opérationnel dans la mise en œuvre concrète de leurs projets d’adaptation au changement climatique.