REPLAY : "Réparer mon visage" Caroline Puig-Grenetier raconte son long parcours de reconstruction faciale

Publié le Mis à jour le

Une ruade, la moitié du visage broyé et le lent parcours de la reconstruction faciale et intérieure, voilà l'histoire de Caroline Puig-Grenetier. Une histoire qu'elle livre dans "Réparer mon visage". Deux autres femmes témoignent elles aussi dans ce film intimiste et pudique. Un hymne à la vie à découvrir prochainement sur france3 Auvergne-Rhône-Alpes.

Il est des jours qui ne se ressemblent pas et des matins qui ne seront plus jamais comme avant. Pourtant il faudra faire avec.

Ce matin -là, Caroline Puig-Grenetier l'a connu. C'était au lendemain de son accident de cheval. Au réveil de la première d'une longue série d'opérations en chirurgie maxillo-faciale. " Est-ce que je vais vivre?" avait-elle demandé au chirurgien. La réponse," On va se battre" résonne encore en elle.

La veille, avait été comme tous les autres jours jusqu'à cette ruade qui lui avait broyé la moitié du visage. S'en suivront trois ans d'opérations entre lesquelles il faut trouver des moments de répit. En réparant le visage, il faut aussi se réparer l'âme, se pardonner de "faire de la peine à son entourage", faire le deuil de celle que l'on était avant. "Pendant qu'on me décabossait à l'hôpital, je pensais à mes proches, dit Jacky, le visage complètement détruit dans un accident d'avion il y a 30 ans. Je suis restée deux ans sans vouloir voir ma mère. je ne voulais pas lui faire de peine. Quand je l'ai vue, elle m'a dit que bien sûr elle me reconnaissait. C'était un joli mensonge."

"Le regard de l'autre est parfois plus compliqué que notre propre regard"

Docteur Virginie Prade, chirurgien maxillo-facial

Les deux chirurgiens qui ont opéré Caroline Puig-Grenetier témoignent dans son film. Il y a les gestes techniques et l'accompagnement du patient. Parce que refaire un visage c'est aussi changer le visage : "On doit avoir une vision analytique et architecturale qui vont nous servir, avec le patient, à définir une stratégie de reconstruction", explique le docteur Thomas Alix. Parce que c'est "un voyage inédit que la réparation du visage" comme le dit Caroline. " Un voyage, c'est le bon mot, reprend le docteur Virginie Prade. Un voyage où aucune étape ne ressemble à l'autre. Mais un voyage que l'on fait ensemble. On a besoin de l'adhésion totale du patient que l'on doit accompagner dans cette reconstruction-transformation. Parce qu'on sait aussi que le regard de l'autre est parfois bien plus compliqué que notre propre regard".

Que faire du regard de l'autre quand on a perdu la vue et tout le haut de son visage ? C'est arrivé à Ninon. Cavalière elle aussi, compétitrice et victime d'une ruade, elle a du se réapprendre au toucher, découvrir un nouveau nez, un nouveau front et "des yeux en plastique" comme elle dit dans un sourire.

durée de la vidéo : 01min 09
Extrait du film "Réparer mon visage" ©Nomad Productions

Le film, "Réparer mon visage" est porté par un récit à la première personne de Caroline Puig-Grenetier, la réalisatrice. Un récit sans pathos ni voyeurisme mais tout en douceur. En interrogations aussi. Un film intimiste et pudique qui questionne sur la résilience. Un formidable et bouleversant hymne à la vie.

Revoir le documentaire en intégralité

 

Caroline Puig-Grenetier était l'invitée de Yannick Kuzy, mardi 18 octobre à 10h dans la quotidienne "Vous êtes formidable" sur france3 Auvergne-Rhône-Alpes, disponible en replay sur france.tv

"Réparer mon visage" de Caroline Puig-Grenetier, une coproduction franceTV/Nomade Productions, est disponible en replay jusqu'au 20 novembre sur france.tv

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité