Émeutes à Saint-Etienne : le maire Gaël Perdriau déclare le couvre-feu pour les mineurs non accompagnés

Un couvre-feu pour les mineurs non accompagnés ce samedi soir : la mesure du maire de Saint-Etienne après une nuit de violences urbaines. Un couvre-feu entre 19h et 6h du matin. Les commerçants sont invités à fermer leur commerce.

"J'ai signé un arrêté instituant un couvre-feu pour les mineurs non accompagnés qui s'étendra de ce soir 19h00 à demain dimanche 6h00", a indiqué le maire de Saint-Etienne Gaël Perdriau après les violences qui ont éclaté dans sa ville pour la deuxième nuit consécutive.

L'édile a condamné "avec la plus grande fermeté, les actes de guérilla et de violences urbaines" qui se sont déroulées la nuit dernière à Saint-Etienne. 

Ces actes, de pillages organisés, de commerces vandalisés, de voitures, de bâtiments, de mobilier urbain, brûlés, de nombreux tirs de mortiers, sont totalement inacceptables et ne se justifient en rien. 

Gaël Perdriau

Maire de Saint-Etienne

Pas de transports en commun 

Après une rencontre avec le préfet de la Loire, le maire de Saint-Etienne a également pris la décision "d'interrompre le service de transports en commun à 14h00", "compte tenu des risques de nouvelles actions délictueuses".

Le trafic des trams et bus de l'agglomération stéphanoise avait été interrompu vendredi soir, 20h, sur demande du préfet de la Loire. Il avait repris ce samedi matin, vers 7 heures. Une reprise de courte durée. Il est à nouveau interrompu cet après-midi, toujours en raison des risques liés aux violences urbaines. Depuis 14 h, plus aucun bus ni tram ne circule sur l'ensemble de la métropole. Les services de soirées et Noctambus sont aussi interrompus, a prévenu la STAS, réseau de transports de l'agglomération stéphanoise.

Les commerçants ont été invités à fermer leur commerce ce samedi après-midi. "De même, après avoir rencontré de nombreux commerçants, il leur a été fortement recommandé de fermer leurs établissements cet après-midi", a indiqué le maire de Saint-Etienne dans un communiqué. Un coup dur pour ce premier samedi de soldes.

Des violences urbaines : 37 interpellations

Dans la nuit du 30 juin au 1ᵉʳ juillet, des violences urbaines se sont à nouveau produites dans plusieurs villes de la Loire, "notamment dans le centre-ville de Saint-Etienne, mais aussi dans les vallées du Gier, de l'Ondaine et ainsi qu'à Roanne," a indiqué le préfet de la Loire, Alexandre Rochatte.  Malgré un arrêté préfectoral interdisant toute manifestation ou rassemblement revendicatif à Saint-Etienne, près de 400 personnes se sont rassemblées dans le centre-ville de Saint-Etienne peu après 20h. "Très rapidement, de petits groupes d'individus, encagoulés ou masqués, se sont formés et ont commis jusqu'à 5 heures du matin toute une série d'exactions dans l'hyper centre" et dans quelques quartiers de la ville. 

Le préfet de la Loire parle de "pillage systématique d'un certain nombre de commerces" mais aussi de "dégradations et incendies de biens publics et privés". Du mobilier urbain, des véhicules et des poubelles ont été incendiés. Des boutiques de vêtements, de téléphonie mobile ont notamment été saccagées et pillées.

Atterrés et choqués, ce samedi matin, des Stéphanois ont découvert les dégâts de la nuit. Certains n'hésitent pas à prendre en photos les dégradations. Des violences inacceptables et des dégradations incompréhensibles pour les personnes interrogées.

Ça n'a plus rien à voir avec Nanterre. Ça dégénère. Ils sont enragés. Les commerçants n'y sont pour rien !

Une habitante de Saint-Etienne

"C'est un sentiment de désolation, ça donnerait presque envie de pleurer. Je pense à tous les commerçants qui, tous les jours, se lèvent, travaillent dur. Il n'y a pas que des boutiques du grand capital. Quand on voit ce petit opticien, ce n'est pas normal d'avoir tout pillé," déclare une passante.

Près de 200 policiers et gendarmes ont été mobilisés pour venir à bout des violences la nuit dernière. Les forces de l'ordre ont essuyé des tirs de mortiers et des jets de cocktails Molotov. En début d'après-midi ce samedi, la préfecture faisait état de 37 personnes interpellées (bilan actualisé). 

Ces violences ont fait huit blessés parmi les forces de l'ordre. 

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité