Une étudiante retrouvée morte à Saint-Etienne

Macabre découverte pour des ouvriers du bâtiment appelés à intervenir dans ce bâtiment du CROUS. Ils ont découvert dans un des appartements de la résidence universitaire, le corps sans vie d'une étudiante de 26 ans, visiblement décédée depuis plusieurs jours. Une enquête a été ouverte.
 
Les sapeurs-pompiers, image d'illustration.
Les sapeurs-pompiers, image d'illustration. © Julio Pelaez/MaxPPP

C’est à l’occasion de banals travaux d’entretien que ces ouvriers ont pénétré dans l’appartement de la résidence stéphanoise du CROUS située rue Richard, en face du campus de l’université Tréfilerie, et découvert le corps de la jeune femme. Alertés par une équipe du Samu, les pompiers sont intervenus vers 15h et n’ont pu que constater un décès qui remontait « très probablement à plusieurs jours ». Une équipe de police judiciaire s’est également rendue sur place dans l’après-midi. Selon le parquet de Saint-Etienne, la sûreté départementale a été saisie de l’affaire. Une autopsie de la victime doit avoir lieu dans les prochains jours pour tenter de connaître les causes exactes du décès, dont aucun élément extérieur ne permet de soupçonner l’origine, et tenter de déterminer sa date. D’après le Procureur, David Charmatz, seule l’enquête permettra d’en savoir plus. La jeune victime de 26 était de nationalité française, originaire de Mayotte, elle était inscrite en deuxième année de Licence en sciences humaines et sociales à l’université Jean Monnet et étudiait sur le campus de Tréfilerie à Saint-Etienne.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
université société décès faits divers éducation