Firminy (Loire) : Marc Petit condamné pour agression sexuelle, refuse de démissionner de sa mairie

© Anthony Laurent
© Anthony Laurent

Jeudi 14 février, le maire communiste de Firminy, Marc Petit a été reconnu coupable d'agression sexuelle sur une employée du conseil départemental du Puy-de-Dôme. Il a été condamné à un mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Saint-Étienne. Il refuse de quitter sa mairie.

Par Dolores Mazzola (avec Anthony Laurent)


Le Président de la Métropole Gaël Perdriau a demandé par communiqué à Marc Petit de prendre ses responsabilités et de démissionner de son poste de Saint-Etienne Métropole. 

"Je lui demande solennellement de prendre ses responsabilités d'homme et d'élu, et de démissionner de son poste de Saint-Etienne Métropole." Le président de la métropole poursuit : "si tel n'était pas le cas, je proposerai lors du prochain conseil métropolitain, en avril, un vote des élus siégeant à Saint-Etienne Métropole, demandant sa destitution".

En outre, Gaël Perdriau retire à Marc Petit toutes ses délégations à la Métropole (soit la mobilité durable, la prospective, l'organisation des transports et des déplacements). Marc Petit siège également au Conseil départemental. 
 

Le maire de Firminy refuse de démissionner


Ce vendredi 15 février, à Firminy, en début d'après-midi, Marc Petit a réuni la presse pour évoquer cette affaire. Il a rappelé qu'il était innocent. Il estime que son procès était à charge. Il dénonce une ambiance délétère. Il veut que la page se tourne mais refuse de démissionner de sa mairie de Firminy. Un refus malgré les pressions de son parti, de ses adjoints et du président de Saint-Etienne Métropole. L'élu communiste ne sait pas encore s'il va faire appel de sa condamnation. Il dispose de 10 jours pour faire appel.

Par ailleurs, Marc Petit estime avoir en sa possession, un document turc qui serait susceptible, selon ses dires de l'innocenter. Son avocat n'était pas présent lors de cette déclaration.
 
La conférence de presse de Marc Petit
Le maire de Firminy rappelle "avec force" son innocence au lendemain de sa condamnation. Il n'entend pas démissionner. - France 3 RA - A.Laurent, V.Diguat


Condamné à un mois de prison avec sursis


Concernant l'affaire Marc Petit qui remonte à 2016, le procès s'est déroulé le 24 janvier dernier. La décision de justice a été mise en délibéré au 14 février. Le maire PCF de Firminy a été condamné à un mois de prison avec sursis pour agression sexuelle commise sur une employée du conseil départemental du Puy de Dôme. Une peine prononcée par le Tribunal correctionnel de Saint-Etienne. Sa  condamnation ne sera pas inscrite au casier judicaire. L'élu devra également verser la somme de 2500 euros à la victime au nom du préjudice moral et 2000 euros de dommages et intérêts au Département du Puy-de-Dôme.

Sur le même sujet

Suivez le tirage du 6e tour de la Coupe de France de football

Les + Lus