Foot. Qui était Robert Herbin, la légende de Saint-Etienne

Robert Herbin, entraîneur, demande un changement lors d'un match à Geoffroy Guichard. / © Maxppp
Robert Herbin, entraîneur, demande un changement lors d'un match à Geoffroy Guichard. / © Maxppp

Robert Herbin, célèbre joueur puis entraîneur de l'AS Saint-Etienne, est décédé lundi 27 avril, à l'âge de 81 ans. Il souffrait de problèmes pulmonaires et cardiaques.

Par Emilie Henny


"Roby", comme aimaient le surnommer les supporters de l'AS Saint-Etienne, est décédé ce lundi. Robert Herbin, 81 ans, avait été hospitalisé puis placé en réanimation au CHU de Saint-Etienne, le 21 avril dernier pour de sérieuses insuffisances cardiaques et pulmonaires. Son décès est sans lien avec le Covid-19. L'ancien entraîneur de l'ASSE avait fait vibrer la France à travers l'épopée des Verts. Robert Herbin présentait le plus gros palmarès du football français, uniquement sous les couleurs de l’ASSE.
 
 

Espoir du foot français dans les années 60

En 1957, les Verts remportent leur premier titre au Championnat. Mais c'est aussi l'année où l'équipe voit débarquer Robert Herbin, arrivé de Nice où il avait été formé au Carvigal. Le jeune joueur, -tout juste 18 ans-, devient très vite un espoir du football français. Dès 1960, il s'impose en équipe de France (23 sélections) et participe notamment à la Coupe du monde de 1966 face à l'Angleterre.
 
Robert Herbin après avoir marqué un but de la tête face à l'Angleterre (Coupe du Monde 1966). / © INA
Robert Herbin après avoir marqué un but de la tête face à l'Angleterre (Coupe du Monde 1966). / © INA

Mais c'est avec les Verts que Robert Herbin a vécu ses plus vives émotions. En tant que joueur de l'équipe stéphanoise, il aura été quadruple champion de France entre 1967 et 1970.
 

On l'appelait le Sphinx

En 1972, Robert Herbin quitte son maillot de joueur pour enfiler la veste d'entraineur de l'AS Saint-Etienne. A 33 ans, cela fait de lui l'un des plus jeunes entraîneurs de France, à cette époque. Quelques temps après sa nomination, il avouait: "lorsque je suis sur le banc de touche, j'ai parfois l'envie de jouer". Mais, dès son arrivée à ce poste, il décide de constituer une nouvelle équipe et de faire confiance à une nouvelle génération. L'homme bâtit alors l'une des meilleures équipes d'Europe. L'épopée des Verts durera jusqu'en 1981, année de leur dernier titre de champion.
 
Les Verts en 1976 posent au stade Geoffroy Guichard. / © AFP
Les Verts en 1976 posent au stade Geoffroy Guichard. / © AFP

A la tête des Verts, il apparaît comme l'homme impassible sur le banc de touche. Cela lui vaudra le surnom du "Sphinx". Dans un livre autobiographique, il confiait ne pas comprendre ce surnom. "Le surnom de Sphinx dont on m'affubla un jour n'excita même pas ma curiosité" mais "celui qui campa ainsi mon personnage me connaissait sans doute aussi mal que je connaissais le Sphinx", écrivait-il.
 
Le livre sorti en 1983 a été écrit après son départ de l'ASSE. / © INA
Le livre sorti en 1983 a été écrit après son départ de l'ASSE. / © INA
 

L'affaire de la "caisse noire", la fin d'une épopée

En 1982, l'affaire dite de la "caisse noire" vient bousculer la carrière de l'entraîneur. On y découvre qu'une caisse noire de près de 20 millions de francs aurait existé pour conserver les meilleurs joueurs (Larios, Janvion, Platini ou encore Piazza), entre 1977 et 1982. Elle a été constituée à partir de retenues effectuées sur les recettes de la boutique et des matchs de coupe d'Europe. Robert Herbin est lui aussi impliqué dans l'affaire et en aurait profité. Six mois après la condamnation du président du club, Robert Herbin démissionne. Il est ensuite recruté en tant qu'entraîneur de l'équipe rivale: l'Olympique Lyonnais. Un poste qu'il occupera avec beaucoup moins de succès.
 
Robert Herbin signe son retour sur les bancs de Saint-Etienne. / © INA
Robert Herbin signe son retour sur les bancs de Saint-Etienne. / © INA

Il fera un retour sur le banc de Saint-Étienne de 1987 à 1990, mais là aussi sans le succès d'antan. Il a fini son parcours en tant qu'entraîneur du Red Star en 1995.

Depuis, l'homme vivait sur les hauteurs de Saint-Etienne, loin du monde du football.
 
La maison où Robert Herbin s'était retiré. / © Myriam Figureau
La maison où Robert Herbin s'était retiré. / © Myriam Figureau

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus