Loire : mort du lion Simba, l'espace zoologique de Saint-Martin-la-Plaine en deuil

Deux des trois lions récupérés par le parc zoologique de Saint-Martin-la-Plaine en 2010 - Loire / © MaxPPP
Deux des trois lions récupérés par le parc zoologique de Saint-Martin-la-Plaine en 2010 - Loire / © MaxPPP

Simba était l'un des premiers lions recueillis par Tonga Terre d'Accueil, l'association refuge pour animaux sauvages saisis ou maltraités. Devenu l'emblème du parc zoologique de Saint-Martin-la-Plaine, dans la Loire, Simba est mort à l'âge de 20 ans de fatigue générale.

Par Aude Henry

L'avis de décès a été publié sur la page Facebook de l'espace zoologique de Saint-Martin-la-Plaine ce vendredi 31 janvier. "L'emblématique lion du parc, Simba est mort il y a quelques jours, à l'âge honorable de 20 ans".
Selon le parc, la santé et la vitalité de l'animal diminuaient depuis plusieurs mois. "Chaque effort devenait toujours plus difficile pour lui. Il est décédé de par une fatigue générale et une insuffisance rénale".

L'état de Simba avait été remarqué par certains visiteurs de l'espace zoologique de Saint-Martin-la-Plaine. "Nous étions au parc il y a deux semaines, et nous avons en effet pu voir qu’il n’était pas en forme du tout à la différence de 2019" écrit une internaute, en commentaire du message posté sur Facebook.
 

Simba et sa femelle Princesse étaient les premiers lions recueillis par l'association Tonga Terre d'Accueil. Les deux animaux y avaient trouvé refuge en 2010, après avoir été saisis pour soupçon de maltraitance dans un cirque où ils vivaient. Les deux félins avaient été dégriffés dans le cirque pour diminuer la dangerosité que représente un coup de patte pendant un spectacle, ce qui est formellement interdit par la loi.
"Leur ôter les griffes leur cause de fortes douleurs et un handicap important. Cela équivaut chez l’Homme, à couper des phalanges" précise le parc.

Princesse, qui a approximativement le même âge que Simba, est désormais seule dans l'enclos du parc. Il devrait en être ainsi pendant quelques temps. "Le temps d'étudier l'après-Simba" conclut-on à Saint-Martin-la-Plaine.


 

 

Sur le même sujet

Les + Lus