• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Loire : la région stéphanoise en mal de nounous

Difficile de trouver des assistantes maternelles lorsque l'on a des horaires professionnels atypiques / © France 3 Rhône-Alpes
Difficile de trouver des assistantes maternelles lorsque l'on a des horaires professionnels atypiques / © France 3 Rhône-Alpes

Les villes sont en proie à un manque constant d'assistantes maternelles. Dans les villages, c'est pareil, pire même lorsque les nounous accouchent de leurs propres enfants. 
 

Par Daniel Pajonk

Dans la commune du Bessat, au coeur du parc régional du Pilat (Loire), les tout petits ont du mal à trouver une nounou. Un problème récurrent qui contraint les parents à faire appel au système D. Les grands-parents sont mis à contribution, les proches aussi. Mais de plus en plus, retraites actives expliquent, faire garder ses enfants, surtout en fin de journée, est un vrai casse-tête. 
Au Bessat comme dans tous les villages de moins de 3 000 habitants, la question se pose, surtout si les assistantes maternelles, à leur tour, enfantent. Difficile alors de trouver des personnes de substitution qui disposent d'agréments octroyés par l'administration.
 
Déficit de nounous

« Les soucis rencontrés par les parents sont encore plus marqués en ville, où les gens sont loin de connaître leurs voisins ou de disposer de parents proches », analyse une responsable de crêche, autour de Saint-Etienne. La question est encore plus aigüe lorsque les parents ont des horaires atypiques de travail. Les assistantes maternelles ne peuvent pas toujours garder des enfants jusque vers 20 h 30. De plus, comme elles sont relativement peu nombreuses et que les listes d’attente en établissement de petite enfance sont très longues, elles préfèrent garder des enfants à la journée, garde plus rémunératrice.

Problème : les assistantes maternelles sont de moins en moins nombreuses.
 
Les communes qui accueillent de jeunes couples sont les plus concernées / © France 3 Rhône-Alpes
Les communes qui accueillent de jeunes couples sont les plus concernées / © France 3 Rhône-Alpes


Ces tendances font les beaux jours des sociétés privées qui ont pris des parts de marché dans le domaine de la petite enfance. Avec une spécificité le plus souvent : la garde à domicile et/ou la garde partagée entre familles. « Nous avons une vraie valeur ajoutée avec des solutions adaptées, pour répondre favorablement à des parents qui ont des horaires qui sortent de l’ordinaire. C’est vrai avec les infirmières, les professions médicales, mais aussi avec des personnes qui font les 2x8 ou les 3x8 », note Magdaleina Bourgogne, directrice d’une agence de garde d’enfants franchisée de Saint-Etienne. Ou encore des gens aussi qui sont fréquemment en déplacement. Les plages comprises entre 16h 30 et 20h00 sont les plus couramment demandées. 

 

Sur le même sujet

Toujours sans nouvelles de Lorraine, disparue dans le Rhône

Les + Lus